BFMTV

Réactions au meeting de Sarkozy: "Le patron est là", selon Morano

Les réactions politiques n'ont pas tardé après le premier meeting de Nicolas Sarkozy.

Les réactions politiques n'ont pas tardé après le premier meeting de Nicolas Sarkozy. - Philippe Huguen - AFP

L'ancien chef de l'Etat tenait jeudi à Lambersart son premier meeting depuis son retour en politique. A droite, Nadine Morano et Laurent Wauquiez ont semblé satisfaits par le discours de Nicolas Sarkozy, tandis que le FN a dénoncé le "comique" de celui-ci.

Les réactions ne se sont pas faites attendre, après le premier meeting de Nicolas Sarkozy depuis son retour en politique.

L'une des premières à réagir a été Nadine Morano, une des sarkozystes les plus fidèles. "Le patron est là (...). C'était du grand 'Sarko', celui que l'on connaît, qui parle avec ses tripes (...), qui a la France au coeur", a déclaré l'ancienne ministre.

Wauquiez satisfait

Autre réaction satisfaite à droite, celle de Laurent Wauquiez. Nicolas Sarkozy a repris une de ses propositions: l'ancien chef de l'Etat estime que les bénéficiaires du RSA doivent "en contrepartie" exercer une "activité au service de la collectivité".

L'ancien chef de l'Etat a "donné un nouveau souffle", a déclaré Laurent Wauquiez. "En l'écoutant je me disais que cela fait deux ans que l'on a une opposition qui est divisée, silencieuse, pas à la hauteur. Et là, ce qui m'a fait plaisir, c'est que l'on retrouvait de la voix, des idées", a ajouté le député de Haute-Loire.

Le FN dénonce le "registre comique" de Sarkozy

Du côté du FN, la réaction est moins positive. Nicolas Sarkozy a en effet dénoncé "l'alliance objective entre le Parti socialiste et le Front national" en affirmant que "Marine Le Pen porte une responsabilité dans le désastre que subit la France".

Florian Philippot, le vice-président du FN, a dénoncé le "comique" de cette critique, rappelant que certains candidats UMP ont parfois été amenés à appeler à voter pour le Parti socialiste, notamment lors des dernières élections municipales. "(Nicolas Sarkozy) n'envisage-t-il pas une seconde que sa défaite (n'est due qu') à lui-même, à ses propres trahisons, ses propres erreurs?", s'est insurgé Florian Philippot. "S'il n'est pas capable de faire son autocritique, alors il est mal parti", a continué le cadre frontiste.

"Des banalités" pour le PS

A gauche, c'est Eduardo Rihan Cypel, député proche de Manuel Valls et secrétaire national du Parti socialiste qui a amorcé la riposte, sur son compte Twitter. "Que restera-t-il du discours de Nicolas Sarkozy à Lambersart? Une longue litanie de banalités...", a-t-il écrit sur le réseau social.

Chantal Jouanno, ancienne ministre des Sports du gouvernement Fillon, a pour sa part peu apprécié le plaidoyer de Nicolas Sarkozy en faveur de l'exploitation du gaz de schiste. "Manifestement pour Nicolas Sarkozy, l'écologie ça continue à bien faire...", a écrit la sénatrice UDI sur Twitter.

M. K.