BFMTV

Jean-Marie Le Pen juge Emmanuel Macron "solide" et "assez doué"

DOCUMENT BFMTV - Au micro de BFMTV ce jeudi, le fondateur historique du FN a exprimé ses réserves à propos du choix de Jordan Bardella comme tête de liste du RN aux élections européennes. Plus surprenant, Jean-Marie Le Pen a eu des mots plutôt bienveillants envers le chef de l'Etat.

Malgré la réconciliation familiale mise en scène à l'occasion de ses 90 ans, Jean-Marie Le Pen n'en finit pas de faire du tort à sa fille. Ce jeudi, alors qu'il recevait un prix pour le premier tome de ses mémoires à Paris, le fondateur du Front national a encensé Emmanuel Macron avant de remettre en question le choix de Jordan Bardella comme tête de liste RN aux élections européennes de mai prochain, déplorant une question d'âge. Lors de cet entretien accordé à BFMTV, Jean-Marie Le Pen s'est montré particulièrement bienveillant à l'égard d'Emmanuel Macron. 

"Il y a 18 mois qu'il est président et il n'a pas été renversé, alors par conséquent il est solide", a considéré l'ancien président du Front national, comme un pied de nez à sa fille, la présidente du Rassemblement national, qui tente d'incarner l'opposition à la politique gouvernementale.
"C'est certainement très compliqué, écrasant de responsabilité", juge-t-il encore au micro de BFMTV. "Il faut un moral, un physique, un mental, une psychologie absolument exceptionnels. Et je crois que dans ce domaine, M. Macron est assez doué, il a passé les examens depuis un moment déjà".

Bardella, "un jeune homme"

Dans un second temps, Jean-Marie Le Pen a donné un avis mitigé sur la candidature de Jordan Bardella, 23 ans, choisi comme tête de liste par sa fille pour les prochaines européennes. Jordan Bardella, "tel que je le vois à la télévision, est tout à fait apte à défendre le programme. Maintenant, sera-t-il capable de répondre aux attaques sur les sujets strictement européens? Car c'est un jeune homme...", s'interroge Jean-Marie Le Pen.

D'un rire sarcastique, l'ancien leader d'extrême-droite poursuit sa critique à demi-mots: "Honneur et confiance à la jeunesse... je n'aurais peut-être pas fait comme ça mais je ne suis pas le président du Front national, ni du Rassemblement, fait du même métal". En 2015, il avait été déchu de son titre de président d'honneur du FN et avait été évincé du parti par sa propre fille à la suite d'une énième sortie de route. 

"Je crois que j'aurais plutôt fait confiance à mon ami (Bruno) Gollnisch qui est une haute personnalité internationale, mais enfin, à chacun de prendre ses responsabilités", conclut le patriarche.

Jeanne Bulant avec Elisa Bartholomey