BFMTV

"J'ai besoin de donner du boulot aux gens de la région": Xavier Bertrand réagit à la polémique des salariés polonais de PSA

219/346cbc29194d664db395c07d39341

219/346cbc29194d664db395c07d39341 - BFMTV

Le président de la région des Hauts-de-France est revenu sur la décision initiale du constructeur automobile de faire venir des ouvriers polonais pour renforcer les équipes de son usine d'Hordain, dans le Nord.

"On doit tout faire pour laisser le moins de gens possibles sur le carreau." Invité ce dimanche de BFM Politique, Xavier Bertrand a réagi à la polémique suscitée par l'annonce initiale de PSA à faire venir ses salariés polonais dans son usine d'Hordain située dans le Nord

Le président de la région Hauts-de-France a confirmé le revirement du groupe automobile sur cette décision compte tenu des réactions des organisations syndicales et du gouvernement.

"On a pris contact avec l'entreprise, avec le ministère (de l'Economie, ndlr) et ce qui est dit clairement aujourd'hui c'est que ce sont des intérimaires de chez nous qui vont travailler et être recrutés et être plus nombreux qu'au départ", explique Xavier Bertrand, sans toutefois préciser si les intérimaires seront de la région des Hauts-de-France ou d'ailleurs dans l'Hexagone.

"C'est ça aujourd'hui ma priorité"

L'ancien ministre dit néanmoins comprendre la volonté de PSA:

"Il n'y a pas de boulot en Pologne et ils voulaient que leurs salariés travaillent. Mais on est aussi dans un moment où, quelles que soient les règles de transférabilité des contrats, moi j'ai besoin de donner du boulot aux gens de la région, c'est ça aujourd'hui ma priorité."

La direction de PSA avait annoncé aux élus syndicaux qu'un "premier contingent" d'une centaine de travailleurs polonais de l'usine Gliwice allait arriver suivi de 150 autres la semaine suivante. Le tout pour une mission de trois mois, logés par l'entreprise et payés selon la convention collective française du secteur

Le gouvernement avait demandé vendredi soir au constructeur automobile de renoncer à son projet. 

"Compte tenu de l'émotion que ce sujet suscite", ce que "nous comprenons dans le contexte actuel du pays", "nous avons travaillé à une solution alternative", permettant "de monter cette équipe supplémentaire" finalement constituée "majoritairement d'intérimaires", avait déclaré samedi le responsable communication de PSA Hordain, Jean-Pierre Papin.

Cette équipe, qui sera composée de quelque 530 personnes, comprendra toutefois "quelques collègues" d'usines PSA européennes "qui continuent de subir les effets de cette crise et pour qui il s'agit d'une solution solidaire afin de leur permettre d'avoir une activité", avait-il alors ajouté. 

Les Hauts-de-France soutiendront une reprise de Camaïeu

Xavier Bertrand est enfin revenu sur la situation de l'enseigne de prêt-à-porter Camaïeu, placée en redressement judiciaire fin mai et dont le siège social se situe à Roubaix (Nord). 

"Ce dossier on y est depuis longtemps impliqué avec les repreneurs", a assuré le président de la région qui a assuré que s'"il y a un projet de reprise la région sera prête à accompagner avec l'Etat. Si on bosse avec l'Etat on pourra dans cette crise être plus efficace et protéger les gens"

Hugues Garnier avec AFP