BFMTV

Hamon annonce la création d'un mouvement citoyen transpartisan après les législatives

L'ex candidat à la présidentielle lancera le 1er juillet un mouvement de gauche dépassant les étiquettes politiques.

Invité de France Inter ce mercredi, Benoût Hamon a annoncé qu'il lancerait après les législatives un mouvement citoyen et transpartisan afin de rassembler les forces de gauche et de poursuivre le travail "commencé lors de la campagne présidentielle".

"La gauche ne renaîtra pas à travers l'ambition d'un homme ou les étiquettes politiques, mais grâce à des idées nouvelles", a déclaré l'ex candidat socialiste à la présidentielle, qui a dit craindre que la gauche "disparaisse du parlement". 
"Seul le rassemblement permettra de faire entendre notre voix face aux régressions. Je lancerai le 1er juillet un mouvement pour reconstruire une gauche inventive, qui dépassera les étiquettes politiques", a-t-il annoncé. 

Au lendemain d'un bureau politique du PS qui a acté la disparition des propositions phares de Benoît Hamon du projet du parti pour les législatives, il s'est engagé à défendre ses mesures.

"Je continuerai à défendre les idées portées lors de ma campagne, sur l'écologie, le revenu universel, car elles seront fécondes", a-t-il assuré. 

Une association, pas un parti politique

D'après nos informations, ce mouvement prendra la forme d'une association Loi 1901 et ne sera pas à proprement parler un parti politique. Les adhérents pourront donc garder leur carte au PS, à EELV ou au PC. Le nom n'est pas encore défini. 

"Le but est de travailler avec des gens qui ne sont pas au PS, qui ne veulent pas adhérer mais qui souhaitent poursuivre le travail avec Benoî Hamon (Thomas Piketty, Julia Cagé...). Ce sera un mouvement avec des socialistes, des communistes, des écologistes mais il faut sortir des logiques d'appareil et d'accords électoraux", fait valoir un membre de son entourage auprès de BFMTV.
"On ne va pas attendre le Congrès du PS pour recomposer la gauche. C'est une contribution à la refondation de la gauche", explique un autre proche de Benoît Hamon. 

Charlie Vandekerkhove avec Thomas Soulié