BFMTV

Vitesse à 80km/h: la mesure s'appliquera sur l'ensemble des routes secondaires le 1er juillet

Le porte-parole du gouvernement a exclu que la limitation de vitesse soit appliquée "au cas par cas" comme le réclamaient des élus, dont certains de La République en marche.

Le gouvernement a tranché. L'abaissement de la vitesse à 80km/h s'appliquera comme prévu dès l'été 2018, a annoncé Benjamin Griveaux ce mercredi à l'issue du conseil des ministre.

"Ce dispositif sera expérimenté dès le 1er juillet sur l'ensemble des routes secondaires" sans séparation de voies, a précisé le porte-parole du gouvernement, ajoutant qu'une application "au cas par cas" n'était pas "ce qui est prévu dans le dispositif.

Une évaluation au bout de 2 ans

"Il est question de sauver des vies par ce dispositif", a martelé Benjamin Griveaux, qui a ajouté que le dispositif serait évalué deux ans plus tard, en juillet 2020. 

Alors que la grogne monte contre cette réforme annoncée, plusieurs députés de La République en marche ont interpellé le Premier ministre, déplorant une volonté de l'exécutif de passer en force. Benoit Simian, élu LREM de Gironde, a soulevé l'idée d'une application au cas par cas dans certains départements. Mais cette idée semble donc avoir été écartée pour de bon.

Pas de tension au sein de l'exécutif, assure Griveaux

Benjamin Griveaux a déclaré que le président de la République et le Premier ministre étaient d'accord sur ce dossier, alors qu'il a été porté par Edouard Philippe et ne figurait pas dans le programme d'Emmanuel Macron. 

"Il n'y a pas l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette" entre eux, a-t-il ajouté, en demandant aux journalistes, sur le ton de la "boutade": "Si vous arrivez à me citer un couple exécutif plus uni de la Ve république, j'attends les noms avec impatience".

Edouard Philippe, conscient d'avoir pris une mesure impopulaire, s'est dit plusieurs fois "prêt" à assumer "des moments d'impopularité".

Charlie Vandekerkhove avec AFP