BFMTV

Valls: le patron de la PJ parisienne "a commis une faute", Bernard Petit le remplace

Manuel Valls, le ministre de l'Interieur, sanctionne le patron de la PJ parisienne.

Manuel Valls, le ministre de l'Interieur, sanctionne le patron de la PJ parisienne. - -

Le ministre de l'Intérieur sanctionne Christian Flaesch, le directeur de la police judiciaire de Paris, pour avoir informé Brice Hortefeux d'une convocation devant la justice. Bernard Petit est nommé à sa place.

C'est Bernard Petit, actuellement numéro 3 de la police judiciaire, qui va remplacer Christian Flaesch à la tête de la PJ parisienne. Un peu plus tôt dans la matinée, Manuel Valls avait annoncé sur Europe 1.
que Christian Flaesch "serait remplacé".

Le ministre de l'Intérieur a regretté une "faute de déontologie" du patron de la police dans la capitale. Christian Flaesch a été mis en garde par le parquet général pour avoir téléphoné à Brice Hortefeux, à la fin du mois de novembre, pour le prévenir de sa prochaine convocation devant la justice. L'ancien ministre de l'Intérieur allait être entendu comme témoin dans l'enquête sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, et notamment sur un soutien de l'ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

"Un très grand professionnel"

"Christian Flaesch est un grand flic, c'est un très grand professionnel", a déclaré Manuel Valls. "Ca fait 6 ans et demi qu'il est à la tête de la PJ, donc il est par ailleurs normal qu'à un moment ou à un autre, il soit remplacé", a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Intérieur a souligné que "pendant des années, [il y a eu] certaines conceptions de la politisation de la police. Ca n'est évidemment absolument pas ma règle, c'est même une question d'éthique. Il faut choisir des hommes ou des femmes à la tête de la police comme de la gendarmerie, qui aient d'abord les compétences". Bernard Petit n'a plus qu'à se mettre au travail.

S.A. avec AFP