BFMTV

Valls: "La question n'est pas de savoir s'il y aura un nouvel attentat mais quand"

Manuel Valls, en mai dernier.

Manuel Valls, en mai dernier. - Philippe Desmazes - AFP

La société française, dont la résistance est "mise à l'épreuve" par le nouvel attentat "ignoble" et "préoccupant" commis en Isère, doit "être forte sur ses valeurs", a appelé samedi Manuel Valls, assurant que son gouvernement réagirait "avec sang-froid". "Cet acte macabre de décapitation, avec une mise en scène, avec des drapeaux, est nouveau en France", avec une volonté de "marquer les esprits", a souligné le Premier ministre, qui s'est posé tôt samedi matin à Orly après avoir écourté un voyage officiel en Amérique du Sud. L'attentat "crée une tension forte sur la société française. Qui va être exploitée", a estimé Manuel Valls dans l'avion qui le ramenait de Bogota.

Le gouvernement s'efforcera de répondre avec "une attitude de hauteur, de sang-froid, qui est celle de ceux qui gouvernent", selon le Premier ministre. Mais "c'est à la société française d'être forte sur ses valeurs". Sa résistance "est mise à l'épreuve, en plus dans une période particulière du ramadan", a-t-il estimé. "C'est très difficile pour une société de vivre sous la menace d'attentats pendant plusieurs années", d'autant que "la question n'est pas de savoir s'il y aura un nouvel attentat, mais quand".

Il a jugé par ailleurs "préoccupant" l'impact de l'attaque dans l'Isère sur le climat français. "Il y a un sentiment de réplique", tant pour l'attentat en France que pour la tuerie en Tunisie, a-t-il reconnu, les deux pays ayant déjà été lourdement frappés depuis le début de l'année. Il participera samedi à 11 heures à l'Elysée à un nouveau conseil restreint de Défense, qui doit également revenir sur le sanglant attentat de Sousse en Tunisie, qui a peut-être fait des victimes françaises.

la rédaction avec AFP