BFMTV

Taubira à Estrosi: "Vous adoptez une attitude et des propos anti-républicains"

Christiane Taubira, à l'Assemblée nationale, mardi.

Christiane Taubira, à l'Assemblée nationale, mardi. - -

Le député-maire de Nice et la ministre de la Justice ont échangé des propos virulents avec pour point de départ le fait divers tragique de Nice, et pour arrivée la réforme pénale.

Le fait divers de Nice, lors duquel un bijoutier a abattu l'homme qui venait de le braquer, a donné lieu à un échange musclé entre le député-maire de la ville Christian Estrosi et la ministre de la Justice, mardi, à l'Assemblée nationale. "Madame la ministre depuis votre arrivée au pouvoir vous n'avez eu de cesse de donner des signes de mansuétude à la délinquance", a attaqué l'UMP Christian Estrosi, avant de réitérer son soutien au commerçant, mis depuis en examen pour homicide volontaire.

Le maire, qui a remercié le ministre de l'Intérieur Manuel Valls pour sa visite dans sa ville mardi matin, a poursuivi sur l'argument du laxisme supposé de Christiane Taubira: "Madame la ministre, vouloir supprimer les peines planchers contre les récidivistes, supprimer les tribunaux correctionnels pour les mineurs et vouloir instituer des peines de probation, c'est une incitation à la violence. Je vous demande de retirer votre texte".

Taubira: "Nous luttons avec détermination"

La présentation de ce texte de réforme pénale, détaillé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en personne, avait provoqué des remous dans la majorité puisque Christiane Taubira et Manuel Valls se seraient opposés vivement sur le sujet.

Une tension virulente démentie par la première sur BFMTV. "Si vous saviez comment Manuel Valls et moi rions ensemble" avait-elle dit.

C'est sans aucun sourire que la Garde des sceaux a pris la parole mardi au Palais Bourbon. "Vous adoptez une attitude et des propos anti-républicains monsieur le député, a commencé Christiane Taubira. Vous mettez en danger l'Etat de droit lorsque vous donnez des leçons. [...] Vous avez laissé une situation désastreuse et adopté des lois, appliquées aujourd'hui, qui mettent en péril la sécurité des Français. C'est contre leurs effets que nous luttons avec détermination".

La ministre de la Justice n'a pas changé d'avis et défend toujours avec autant d'ardeur un projet qu'elle porte depuis son entrée en fonction.

S. A.