BFMTV

Rumeurs sur le genre: la droite fustige les méthodes du gouvernement

Christian Jacob  à l'Assemblée le 14 janvier dernier. Le patron des députés UMP accuse le gouvernement de jouer les "pompiers pyromanes".

Christian Jacob à l'Assemblée le 14 janvier dernier. Le patron des députés UMP accuse le gouvernement de jouer les "pompiers pyromanes". - -

Après la diffusion d’une rumeur à propos d’un prétendu enseignement de la "théorie du genre", qui a conduit des élèves à boycotter l’école, la droite fustige les décisions du gouvernement, et en particulier de Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem.

Le gouvernement est-il responsable des rumeurs sur le genre à l'école? Alors que des bruits ont été diffusés sur un prétendu enseignement portant sur le genre, conduisant des parents d’élèves à faire boycotter l’école à leurs enfants, la droite accuse le gouvernement. Dans son viseur: les ministres de l’Education et du Droit des femmes.

Jeudi matin sur France 2, Nathalie Kosciusko-Morizet a ainsi déclaré être "contre la théorie du genre (…) Oui à la lutte contre les discriminations, mais pour moi ça ne passe pas par ce type de construction idéologique". Comme Jean-François Copé mercredi, NKM a d'ailleurs rappelé son attachement à l’école et sa position "contre le boycott".

Selon elle, c'est la méthode Vincent Peillon qui pose problème, et notamment sa décision de convoquer les parents qui ont appelé au boycott. "Que ce soit à juste titre ou pas à juste titre, ce sont des parents inquiets, qu'on ne leur réponde pas par la menace. Des parents inquiets, on leur répond par le dialogue". Et pour la candidate aux municipales à Paris, "le dialogue n’est pas le fort du ministre de l’Education Vincent Peillon".

Jacob: "Il ne faut pas jouer les pompiers pyromanes"

Le patron des députés UMP, Christian Jacob, identifie un problème plus large et accuse la politique sociétale du gouvernement: "Il faut que le gouvernement arrête de jouer avec le feu sur des sujets qui font consensus. On a bien vu comme notre société est fragile", a-t-il jeudi. "On a commencé avec le mariage pour tous, ça a été ensuite les tentatives de modification de la loi Veil il y a quelques jours. On a entendu les théories du genre, il y a quelques mois, madame Belkacem l'évoquait largement", a poursuivi le député de Seine-et-Marne.

"La gauche est en train de tirer un écran de fumée parce qu'elle est totalement incompétente, inefficace sur le plan économique et social", "c'est irresponsable de se conduire de cette manière", a insisté Christian Jacob.

Avec, selon lui, une conséquence directe: "Quand vous jouez à ce petit jeu-là, à un moment vous avez des extrémistes qui se mettent dans ces brèches et après, il ne faut pas jouer les pompiers pyromanes", a-t-il accusé.

Bertinotti se dit "catastrophée"

Responsable de la montée des extrêmes, le gouvernement? Jeudi, la ministre de la Famille Dominique Bertinotti a en tout cas dénoncé "une forme de retour à l'obscurantisme".

"Je suis catastrophée que certains puissent utiliser la notion de rumeur car (...) elle profite à une extrême droite qui n'aime pas la République, donc qui n'aime pas l'école, le fondement de cette République", a-t-elle réagi sur RTL. "C'est une façon de mettre une méfiance à l'égard de l'école et c'est insupportable".

A. K.