BFMTV

Qui remplacera François Rebsamen au ministère du Travail?

François Rebsamen dans son bureau à la mairie de Dijon, en 2013.

François Rebsamen dans son bureau à la mairie de Dijon, en 2013. - Jeff Pachoud - AFP

Ce proche de François Hollande a annoncé son intention de se présenter à la mairie de Dijon. Il devrait quitter le ministère du Travail en septembre prochain.

MISE A JOUR - François Rebsamen a été réélu à la mairie de Dijon lundi 10 août. Il a annoncé qu'il démissionnerait de ses fonctions de ministre du Travail le 19 août prochain.

Le casse-tête commence pour Manuel Valls et François Hollande. Qui choisiront-ils pour remplacer François Rebsamen? Le ministre du Travail a annoncé la semaine passée sa candidature pour la mairie de Dijon le 10 août, après la mort du maire socialiste Alain Millot, qui avait pris sa succession lors de son entrée au gouvernement.

Or selon la charte de déontologie fixée par François Hollande pour ses ministres, aucun cumul avec un mandat local n'est possible: François Rebsamen devra donc quitter son poste, a confirmé l'Elysée, sans doute d'ici à la fin de l'été. "Le délai sera court", promet-on du côté de l'exécutif. D'ici là, on devrait voir le ministre participer au conseil des ministres de rentrée, le 19 août prochain. Cela pourrait être son dernier.

Désormais, il s'agit de lui trouver un successeur. Mais qui pourrait faire l'affaire? L'intéressé doit être armé pour faire face à la rentrée sociale. Et François Hollande n'a pas le droit à l'erreur: il lui faut trouver la bonne personne pour reprendre ce portefeuille si délicat, et notamment parce qu'il a conditionné sa candidature en 2017 à la baisse du chômage.

Alain Vidalies bien placé

Selon Le Figaro, Alain Vidalies tiendrait la corde. Secrétaire d'Etat chargé des transports, il côtoie les syndicats régulièrement et a une formation d'avocat spécialisé dans le droit du travail. On lui prête aussi des rapports parfois difficiles avec Ségolène Royal, sa ministre de tutelle: récupérer le portefeuille de François Rebsamen lui permettrait donc de changer d'air, mais cela impliquerait aussi de trouver un nouveau secrétaire d'Etat aux Transports.

Autre hypothèse, Laurent Grandguillaume. Député PS de Côte d'Or, il a été remarqué après son rapport sur l'auto-entrepreunariat, rappelle Le Monde. Il est proche de François Rebsamen, dont il a été adjoint à la mairie de Dijon. Mais son "jeune âge", 37 ans, pourrait constituer un obstacle pour le poste.

Dernier nom cité, Jean-Marc Germain. Proche de Martine Aubry, il est rapporteur du PS sur le budget et est connu pour être un bon connaisseur des questions d'emploi. En mars, il s'était dit "prêt" à entrer au gouvernement. Mais sa proximité des frondeurs risque de jouer contre lui, car sa nomination pourrait être interprétée comme un signal politique vers la gauche du PS. Un pari risqué pour François Hollande.

A. K.