BFMTV

PMA: Ayrault confirme que le débat n'aura pas lieu avant 2014

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault repousse la PMA à 2014.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault repousse la PMA à 2014. - -

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault rappelle dans une interview au journal "La Croix" sa volonté de "ne pas travailler dans l'urgence" sur la question de la procréation médicalement assistée.

La question de la procréation médicalement assistée, dite PMA, a fait partie des clivages les plus profonds lors du débat sur le mariage homo au printemps dernier. Finalement écartée du projet de loi final, elle revient dans l'actualité car des parlementaires de gauche souhaiteraient l'inclure dans la prochaine loi sur la famille.

Mais pour le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, pas question d'agir vite, comme il l'explique lundi dans les colonnes de La Croix. "Je vous rappelle que que le gouvernement a choisi de ne pas traiter de cette question dans la loi sur le 'mariage pour tous'. Il s'agit d'un sujet lourd, qui soulève des questions éthiques. Nous avons annoncé notre choix d'attendre le Comité consultatif national d'éthique (dont les états généraux sont prévus en 2014, ndlr)."

"On ne peut pas traiter de ce sujet au détour d'un amendement d'une loi, ce n'est pas la bonne méthode. Sur ces sujets, il faut chercher le consensus et ne pas travailler dans l'urgence", poursuit le chef du gouvernement.

Pas de "théorie du genre" à l'école

Si "tous les arbitrages ne sont pas encore rendus" sur la loi sur la famille, le Premier ministre s'avance déjà à dire qu'il s'agira "d'une loi très concrète qui vise à faciliter la vie des familles. L'idée est de sécuriser les liens et de mieux protéger l'enfant, notamment dans les cas de séparations", en facilitant par exemple "le partage de l'autorité parentale en ce qui concerne les actes de la vie quotidienne".

Enfin, interrogé sur l'introduction d'une "théorie du genre" à l'école, Jean-Marc Ayrault estime que "s'il s'agit de faire reculer les stéréotypes, je pense que tout le monde sera d'accord. En effet, il reste énormément de progrès à faire en matière d'égalité entre les hommes et les femmes."

"En revanche, il n'est pas question d'introduire je ne sais quelle idéologie à l'école!", insiste Jean-Marc Ayrault pour qui "il n'est pas question d'un temps d'enseignement sur la théorie du genre, pas plus dans les programmes scolaires que dans la formation des enseignants." "L'objectif, c'est la lutte contre les stéréotypes", conclut-il.

A. G.