BFMTV

Peillon serait prêt à un geste financier pour les professeurs des écoles

Le ministre de l'Education Vincent Peillon

Le ministre de l'Education Vincent Peillon - -

Le ministre de l’Éducation serait prêt à faire un geste en faveur des enseignants du primaire, rapporte le site des "Échos", jeudi soir.

Un geste financier pour les professeurs des écoles ? Le ministère de l'Education nationale serait prêt à mettre la main à la poche pour apaiser la grogne des enseignants du primaire, très remontés par le retour à la semaine de quatre jours et demi sans compensation salariale et la non-revalorisation des salaires des fonctionnaires, rapporte jeudi soir Les Echos.

Selon le quotidien Les Echos, il ne s'agirait pas d'une compensation pour accompagner la réforme des rythmes scolaires dès la rentrée 2013. Mais plutôt de rapprocher ce que gagnent les enseignants du primaire et ceux du secondaire.

Les discussions avec les syndicats porteraient ainsi sur une indemnité annuelle versée aux enseignants du primaire, sur le modèle de l'indemnité dite "de suivi et d'orientation des élèves" (Isoe) perçue par ceux du secondaire. Elle serait dans un premier temps de 400 euros annuels.

Le salaire des instits en recul depuis 1995

Pour mémoire, le ministre Vincent Peillon avait promis le 22 janvier dernier de "rééquilibrer" les salaires des professeurs des écoles avec ceux de leurs collègues du secondaire. Mardi dernier, le syndicat de professeurs des écoles SE-Unsa l'avait alors mis au défi de tenir sa promesse d'un potache : "chiche !", lui avait-il écrit.

Revendiquant "l'obtention d'une indemnité de 100 euros mensuels et d'un ratio d'accès à la hors-classe" qui permettrait une revalorisation des fins de carrière.

Le salaire des enseignants, en particulier celui des professeurs du primaire, est en recul depuis 1995. Et la baisse s'aggrave depuis 2010 à cause du gel du point d'indice des fonctionnaires. Actuellement, un professeur des écoles recruté à Bac+5 démarre à 1.700 euros nets par mois.

Le ministère n'a pas confirmé l'information.