BFMTV

Paris se dit "préoccupé" par la condamnation à mort d'un Français en Indonésie pour trafic de drogue

Félix Dorfin

Félix Dorfin - ARSYAD ALI / AFP

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères rappelle "l'opposition constante de la France à la peine de mort en tous lieux et en toutes circonstances".

Paris est "préoccupé" par la condamnation à mort en Indonésie de Félix Dorfin, un un ressortissant français reconnu coupable de trafic de drogue, a ce déclaré lundi la porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Nous prenons note de sa volonté de faire appel" et "nous restons attentifs à sa situation", ajoute la porte-parole.

Félix Dorfin, 35 ans, rejoint un autre Français dans le couloir de la mort en Indonésie, Serge Atlaoui, condamné en 2007 également pour trafic de drogue et toujours incarcéré. Le trentenaire, originaire de Béthune, dans le Pas-de-Calais, a écopé ce lundi d'un verdict beaucoup plus lourd que prévu, qui va au-delà des 20 ans d'emprisonnement requis par le parquet.

Arrêté fin septembre, il s'était évadé en janvier

Félix Dorfin avait été interpellé fin septembre à l'aéroport de Lombok en provenance de Singapour avec en sa possession quelque trois kilos d'ecstasy, d'amphétamines et de ketamine dissimulés dans une valise à double fond.

L'avocat a décrit son client comme "une victime" qui ne savait pas ce qu'il transportait. "S'il avait su quelle était la cargaison, il ne l'aurait pas amenée ici", a-t-il assuré.

Félix Dorfin avait réussi en janvier à s'évader du centre de détention de la police et était parti en cavale pendant onze jours. Finalement retrouvé dans une forêt du nord de l'île de Lombok où il se cachait, il a été arrêté le 1er février par des policiers qu'il avait, selon eux, tenté de soudoyer. 

Sept Français sont actuellement sous le coup d'une condamnation à la peine de mort à travers le monde, selon le Quai d'Orsay, qui rappelle l'"opposition constante (de la France) à la peine de mort en tous lieux et en toutes circonstances".

Mélanie Rostagnat avec AFP