BFMTV

Najat Vallaud-Belkacem recadre Copé sur la théorie du genre supposée

Najat Vallaud-Belkacem le 7 janvier 2014 à l'Assemblée nationale.

Najat Vallaud-Belkacem le 7 janvier 2014 à l'Assemblée nationale. - -

Le maire de Meaux s’est dit "choqué par la théorie du genre" mardi, "une double peine pour les enfants". "Peur et "fantasme" a répliqué la porte-parole du gouvernement.

La rumeur autour de la "théorie du genre" oblige le gouvernement à intervenir. Après Vincent Peillon mardi, Najat Vallaud-Belkacem a livré une mise au point mercredi matin sur Europe 1. "A l'école, on apprend l'égalité aux filles et aux garçons, pas la théorie du genre", a déclaré la ministre.

La porte-parole du gouvernement a évoqué les programmes ABCD de l’Egalité, du ministère des Droits des femmes et de l’Education nationale, testé actuellement dans dix académies: "On ne parle aucunement de sexualité à des enfants de primaire", assène la ministre.

Meaux: ville test

Dans le viseur de Najat Vallaud-Belkacem, Jean-François Copé: le maire de Meaux s’est dit "choqué par la théorie du genre" dans un communiqué mardi. La ville de Meaux est d'ailleurs l'une des villes test pour le programme ABCD de l'Egalité.

"Jean-François Copé fait le pari de la peur, du fantasme, de l'inquiétude des parents et je trouve que cela ne le grandit pas", a taclé la porte-parole du gouvernement. "En disant cela, monsieur Copé se range du côté des extrémismes contre la République et ses valeurs".

Sur LCI mercredi matin, Jean-François Copé a réclamé une "levée de l'ambiguïté" de l'Education nationale sur le sujet. "C'est la double peine pour les enfants", a-t-il assuré. Mais, selon lui, "il faut naturellement que les parents envoient les enfants à l’école". 

"Je commence en avoir assez de ces sujets que le gouvernement, comme par hasard, met toujours sur la table, qui n'apportent rien à notre société et qui génèrent [des] tentations pour les extrémistes d'extrême droite ou d'extrême gauche pour faire de l'agitation dans un pays qui a besoin de sérénité", a encore dit le dirigeant d'opposition.

A. K.