BFMTV

Mort de Naomi Musenga: Buzyn pointe le manque de formation des opérateurs du Samu

BFMTV

La ministre de la Santé a pointé du doigt le manque de formation des opérateurs amenés à prendre les appels du Samu.

Invitée de BFM Politique ce dimanche, la ministre de la Santé Agnès Buzyn est revenue sur l'affaire Naomi Musenga, morte quelques heures après avoir été moquée par une opératrice du Samu. La ministre a rappelé qu'à ce stade de l'enquête, aucun élément ne permettait d'établir un lien entre le manque de personnel dans les hôpitaux, sujet sur lequel elle était interrogée, et le mauvais traitement subi par la jeune femme.

"Une mission est en cours avec une enquête, un audit, sur l'affaire de Naomi Musenga", a exposé Agnès Buzyn.

"Aujourd'hui, nous n'avons aucun élément pour penser que la personne qui a répondu au téléphone était sous pression et qu'il y avait un manque de personnel", a-t-elle assuré, malgré les déclarations de son avocat, contredites par la suite par le directeur du CHU de Strasbourg.

"Ça peut être un problème individuel, ou de passage d'information"

"Ça peut être un problème individuel, ou de passage d'information, puisque l'information venant des pompiers orientait déjà vers une grippe", a expliqué la ministre sur le plateau de BFM Politique.

"Nous allons décrypter toute la chaîne de responsabilités et pour l'instant, le problème du mauvais traitement, au sens propre comme au figuré, ce n'est pas forcément un problème de manque de moyens", a nuancé Agnès Buzyn.

"Ceux qui répondent au téléphone n'ont pas de diplôme particulier"

La ministre de la Santé, assurant qu'il pouvait y avoir "des sujets indépendants des moyens" et en avoir "longuement discuté avec les médecins du Samu et les urgentistes", a plutôt pointé du doigt la formation des opérateurs.

"Ceux qui répondent au téléphone n'ont pas de diplôme particulier, ce sont des auxiliaires de santé en réalité", a-t-elle souligné, ajoutant qu'il n'y a "pas de procédure qualité dans la majorité des services de Samu". "Aucun, aucun je le dis, au début ne m'a parlé de moyens", a martelé Agnès Buzyn.

Liv Audigane