BFMTV

Marianne aux seins nus: Valls étrillé par une historienne

Si Manuel Valls voulait défendre les avancées de la République pour mieux les lier aux progrès de la condition féminine, Marianne n'était sans doute pas le meilleur symbole. L'historienne Mathilde Larrère a vertement critiqué le Premier ministre.

Dès l'accueil, le meeting promettait d'être agité. Une manifestation de la CGT bordée par deux barrages de policiers et CRS campait le décor, lundi soir à Colomiers en Haute-Garonne. Mais c'est un autre point d'achoppement qui a nourri dès lundi soir les débats. Après que Claude Bartolone, Jean-Christophe Cambadélis ou Stéphane Le Foll s'étaient refusés à parler des sujets polémiques, à savoir le port du voile et du "burkini", Manuel Valls a mis les pieds dans le plat.

"Marianne, le symbole de la République, elle a le sein nu parce qu'elle nourrit le peuple, elle n'est pas voilée parce qu'elle est libre. C'est ça, la République", a-t-il martelé avec fougue.

A la sortie du meeting personne ne se risque à critiquer la saillie du chef du gouvernement. Najat Vallaud-Belkacem explique que Manuel Valls est le "premier" à s'élever "contre les discriminations". Pour Stéphane Le Foll, il ne faut s'y tromper, c'est bien "la République qui est au cœur de ce débat et on doit pouvoir se rassembler". Certains des militants de base ne partagent pas cet avis. Pour eux Valls "reste branché sur des questions identitaires et ne fait que suivre Nicolas Sarkozy".

Valls étrillé par une historienne sur Twitter

Mathilde Larrère, qui se présente comme historienne des révolutions et de la citoyenneté à l'université Paris Est n'a visiblement, selon le sens qu'on veut leur donner pas entendu les mêmes mots. Sa réponse a été cinglante sur Twitter.

Le replacement dans le contexte historique de la condition féminine est pour le moins brutal. Pour ne prendre qu'un aspect d'une lente libération que l'historienne va décliner en retraçant la représentation de Marianne au cours de l'Histoire, il faut se rappeler que les femmes n'ont accédé au vote et à l'éligibilité qu'en 1944. Et que l'on parle toujours d'égalité des salaires à travail égal les concernant.

Mathilde Larrère, explique donc dans une leçon de choses sur Marianne allégorie incarnant la République, comment celle-ci a pu être représentée seins nus ou non.

Et d'expliquer ensuite, en plus d'une vingtaine de tweets, pourquoi la Marianne est souvent coiffée d'un bonnet phrygien (symbole de la libération des esclaves dans l'Empire romain), pourquoi elle apparaît plus ou moins sage ou combattante, parfois armée et à d'autre moment passive, presque résignée, comment la Liberté (et non la République, car il y a souvent confusion) guide le peuple dans le tableau d'Eugène Delacroix - qui n'était pas républicain... Bref, on n'aura rarement vu une remise en place aussi bien documentée.

Un contre-emploi à l'anachronisme avéré

Mais que Mathilde Larrère reproche-t-elle au fond à Manuel Valls? Le contre-emploi de Marianne qui, c'est entendu, est symbole de la République, de la démocratie, parfois assimilé à celui des libertés qui vont avec et donc de la Liberté, est indéniable. Le Premier ministre verse au mieux dans l'anachronisme et faisant de Marianne un symbole de la liberté des femmes.

Mais s'il voulait parler des valeurs portées par la France, la République, la liberté au sens large et la Laïcité, l'interprétation quoique légitimement sujette à la controverse, est différente. Marianne n'est donc pas la digne représentante de l'émancipation féminine, mais plus sûrement celle de l'autorité d'un Etat à l'époque plutôt misogyne et belliciste.

Reste cette certitude que les symboles évoluent aussi à travers l'histoire. Est-il possible de porter à son crédit que Manuel Valls n'a pas voulu laisser ce symbole de la République aux mains de l'extrême droite qui, elle, s'approprie sans jamais se lasser les symboles de notre histoire nationale. Qu'il ait voulu défendre la République, aujourd'hui garante de la liberté de chacun et donc de celle des femmes?

David Namias avec Salhia Brakhlia et Hortense Gérard