BFMTV

Macron pris à partie par la CGT après ses propos sur les fonctionnaires

En visite sur le site ardéchois d'un constructeur d'autocars, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a rencontré plusieurs membres de la CGT. Il a dû s'expliquer auprès d'eux sur ses propos très décriés à propos du statut de la fonction publique.

Après le gouvernement et l'opposition, c'est au tour des syndicats de réagir aux propos d'Emmanuel Macron sur le statut des fonctionnaires. En visite sur le site d'Iveco, le seul fabricant d'autocars implanté en France, dans l'Ardèche, le ministre de l'Economie a été chahuté par des membres de la CGT. Il a ainsi été sommé de s'expliquer après avoir déclaré ce vendredi devant un think tank de gauche que le statut de la fonction publique n'était "pas adéquat", "plus justifiable".

Une question de neutralité

"Vous avez dit qu'il fallait changer le statut des fonctionnaires!", a lancé une militante de la CGT au ministre. "On n'aide pas la fonction publique si on interdit tout débat sur elle", s'est justifié celui-ci, s'adressant autant aux membres du syndicat qu'aux micros des journalistes présents. "Il faut la moderniser, mais ça ne veut pas dire la casser. La fonction publique est essentielle par sa neutralité".

Mais la militante ne souhaitait pas en rester là. "Vous avez dit qu’il n’était pas normal qu’un fonctionnaire travaille toute sa vie, voilà ce que vous avez dit", a-t-elle relancé. "Non, je n'ai pas dit ça", a corrigé Emmanuel Macron. "Il est important qu'un fonctionnaire passe des concours, pour une question de neutralité".

Débat nécessaire

"Par contre, on n’a pas accès à l’emploi que par la fonction publique", a ajouté le ministre. "Et donc il faut être dans ce débat constructif. Mais il ne s'agit ni de ne parler de rien, parce que dès qu’on parle de quelque chose c’est forcément qu’on lui veut du mal, ni de vouloir tout casser. Parce que des gens veulent casser [la fonction publique], vous avez raison".

Et le ministre de l'Economie de préciser, afin de montrer son attachement à ce statut particulier en France: "Moi j'en suis un, de fonctionnaire !" "On ne dirait pas", a alors rétorqué la militante CGT, très remontée.

H. M.