BFMTV

Macron met la pression sur Philippe avant son débat télé face à Mélenchon

Edouard Philippe et Emmanuel Macron le 26 juillet 2017 à Saint-Etienne-du-Rouvray.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron le 26 juillet 2017 à Saint-Etienne-du-Rouvray. - Charly Triballeau - AFP

A quelques heures de l'Emission politique consacrée à Edouard Philippe, l'Elysée fait savoir que la prestation du Premier ministre sera regardée de près.

Jeudi soir, le Premier ministre est l'invité de l'Emission politique sur France 2. Il débattra face à Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise. Une émission qui fait figure de test: le locataire de Matignon est peu connu du grand public et habitué aux seconds rôles. "Il est faible en termes de surface politique, d'épaisseur", juge Valérie Pécresse, citée par L'Opinion. Hervé Morin remarque le peu de reprises que suscitent ses prestations dans les médias. L'objectif de l'émission consistera donc à se faire connaître, voire à marquer les esprits par sa prestation.

Mais surtout, cette émission doit permettre à Edouard Philippe de se démarquer d'Emmanuel Macron.

"Ce face-à-face doit mettre un terme au débat sur l'hyperprésidence", glisse l'Elysée au Parisien. Une petite pression amicale du Président vis-à-vis du Premier ministre. "On doit voir un Premier ministre pleinement dans son rôle, pas réduit à un collaborateur".

Une référence à la fameuse phrase de Nicolas Sarkozy sur son Premier ministre de l'époque, François Fillon: "le Premier ministre est un collaborateur. Le patron c'est moi".

Jean-Luc Mélenchon ne manquera pas d'attaquer Edouard Philippe sur ce terrain. "Plus tôt se manifestera une compétition entre le chef de l'Etat et son Premier ministre, mieux ce sera pour la suite", estime un proche du député marseillais dans Le Figaro.

Une présence plus forte à Matignon

Officiellement, donc, Edouard Philippe a toute son importance et doit tâcher de le montrer. Emmanuel Macron ne veut pas passer pour un président qui enferme son Premier ministre. Après une série de couacs cet été, des APL en passant par la démission du général de Villiers, le Président pourrait avoir besoin d'un homme fort à Matignon, capable de prendre les coups à sa place.

Pourtant, depuis son arrivée à l'Elysée, Emmanuel Macron n'a pas manqué de faire de l'ombre à plusieurs reprises à Edouard Philippe. Il a commencé par réunir le Congrès à Versailles à la veille de son discours de politique générale devant les députés. Puis il a décidé de lancer lui-même la Conférence des territoires au Sénat en juillet dernier, alors qu'Edouard Philippe était censé être à la barre de l'événement. Après s'être imposé face à l'homme de Matignon, le chef de l'Etat réclame donc une plus forte présence à ses côtés. Mais pour laisser son Premier ministre s'affirmer, encore faut-il lui en laisser l'espace.

Ariane Kujawski