BFMTV

L'Etat enterre l'écotaxe et pourrait monter au capital d'Ecomouv'

Manuel Valls a apporté quelques précisions sur le projet de péages de transits poids lourds.

Manuel Valls a apporté quelques précisions sur le projet de péages de transits poids lourds. - -

Manuel Valls a apporté quelques précisions sur le projet d"instaurer des "péages de transit poids lourds". Un nouveau dispositif qui pourrait rapporter "550 millions d'euros" par an, selon le Premier ministre.

L’État pourrait entrer au capital d'Ecomouv', la société en charge de la collecte de l'écotaxe transformée par le gouvernement en un "péage de transit pour poids lourds", afin "d'assurer un meilleur contrôle". C'est ce qu'a annoncé ce dimanche le Premier ministre Manuel Valls, qui table par ailleurs sur "550 millions d'euros de recettes chaque année".

"Pour la mise en oeuvre du péage de transit, il sera fait appel à la société Ecomouv' dont l'infrastructure technique et opérationnelle existe déjà, et qui fera l'objet d'avenants" au contrat, a expliqué le Premier ministre dans un discours lors d'un déplacement politique à Trèbes (Aude). "Afin d'assurer un meilleur contrôle, le gouvernement engagera des discussions avec Ecomouv qui pourront aller jusqu'à une montée au capital de la société par la puissance publique", a-t-il souligné.

Le chef du gouvernement a confirmé dans cette intervention publique le scénario de remplacement de l'écotaxe, au 1er janvier 2015, par un "péage de transit poids lourds" concernant les camions de plus de 3,5 tonnes roulant sur 4.000 km de routes à fort trafic au lieu de 15.000 km dans l'ancien système.

Un contrat conclu de façon régulière en 2011

Le contrat avec Ecomouv', le consortium franco-italien chargé de collecter l'écotaxe, a été conclu de façon régulière, a estimé fin mai une commission d'enquête sénatoriale, critiquant cependant des éléments ayant conduit à des surcoûts.

En janvier 2011, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le gouvernement alors dirigé par François Fillon avait attribué la collecte de cette taxe sur certains poids lourds, et destinée à financer les infrastructures de transport, au consortium Ecomouv', qui associe le groupe italien Autostrade (à 70%) aux français Thales, SNCF, SFR et Steria.

Jé. M. avec AFP