BFMTV

Filières jihadistes: Cazeneuve veut développer les "cyberpatrouilles" sur Internet

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur le plateau de France 2, mardi 22 avril.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur le plateau de France 2, mardi 22 avril. - -

"La France prendra toutes les mesures pour dissuader, empêcher, punir ceux qui seraient tentés" par le jihad avait déclaré François Hollande plus tôt dans la journée. Son ministre de l'Intérieur doit présenter mercredi le plan du gouvernement pour lutter contre ces filières.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a dévoilé mardi les principales mesures du plan du gouvernement pour lutter contre les filières jihadistes vers la Syrie. Ce plan comporte une dizaine de mesures qui seront mises en oeuvre "dans les jours qui viennent", a-t-il déclaré au 20 heures de France 2.

Parmi elles, la création d'un numéro vert et la mise en place d'une plateforme de signalement sur Internet "à destination des familles qui constatent que leurs enfants sont en rupture", a expliqué le ministre. "Nous mobiliserons dans la foulée, immédiatement, les préfets qui parviendront sur les territoires à prendre contact avec ces familles", a-t-il ajouté.

Vers de possibles suppressions de nationalité

Autres mesures annoncées par Bernard Cazeneuve à la veille de la présentation globale du dispositif, la privation de passeports de jihadistes avérés, la possibilité d'expulser des étrangers impliqués dans des filières jihadistes, ou encore le gel des avoirs des microfilières, selon une source proche du dossier. Le ministre a également évoqué le développement de cyberpatrouilles afin d'intensifier "la surveillance sur Internet".

Interrogé sur la possibilité de supprimer la nationalité française à des jihadistes, le ministre de l'Intérieur a rappelé qu'il "était arrivé à notre pays de la faire". "Bien entendu, si nous sommes confrontés à des cas particuliers, il est tout à fait possible que cette mesure, qui est dans le droit français, soit mise en oeuvre", a-t-il ajouté, à condition que la personne concernée soit devenue française par naturalisation et dispose d'une double nationalité.

"La France prendra toutes les mesures pour dissuader, empêcher, punir ceux qui seraient tentés" par le jihad avait assuré François Hollande plus tôt dans la journée.

S.A.