BFMTV

Entretiens d'évaluation, séminaires, exposés: les ministres sous pression

Bruno Le Maire, Gérard Collomb, Geneviève Darieussecq et Christophe Castaner, le 8 février à la sortie de l'Elysée.

Bruno Le Maire, Gérard Collomb, Geneviève Darieussecq et Christophe Castaner, le 8 février à la sortie de l'Elysée. - Ludovic Marin - AFP

L'exécutif invite les membres du gouvernement à justifier l'avancée des projets en cours.

Chaque salarié d'une entreprise privée connaît ce rituel: en fin d'année, il est invité à un entretien individuel avec son supérieur hiérarchique pour faire le point sur l'année passée et les objectifs des mois suivants. Les ministres ont eux aussi reçu leur "invitation": cette semaine, un certain nombre d'entre eux doivent passer devant le chef de l'Etat et ses conseillers pour exposer les projets en cours, indique Le Monde.

Gérard Collomb et Jacqueline Gourault, le ministre de l'Intérieur et la "madame Corse" du gouvernement, ont été les premiers à passer devant Emmanuel Macron lundi 12 février, ainsi que Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires. Le lendemain, le Président a reçu Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, et Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire. Les prochains jours seront consacrés à recevoir les autres membres du gouvernement.

Des oraux lors du conseil des ministres

"Ce sont de vraies réunions de travail, où l'on étale les dossiers sur la table", confie une proche d'Emmanuel Macron au Monde. Chacun doit ainsi faire le point sur les projets de loi sur lesquels il travaille: une façon pour le chef de l'Etat de faire le point sur les engagements tenus ou pas. Et de modifier si besoin la feuille de route de chaque ministre pour les six prochains mois.

Si l'Elysée réfute toute "pression" exercée sur les membres du gouvernement, les ministres sont pourtant bel et bien sollicités régulièrement par l'exécutif. A travers les différents séminaires gouvernementaux d'une part: quatre séances ont été organisées depuis le début du quinquennat, permettant de réaffirmer chaque fois publiquement "le travail" qui reste à accomplir.

D'autre part, les ministres vont encore être invités à s'exprimer chaque mercredi, lors du conseil des ministres, dans le cadre du plan Action publique 2022, explique Le Figaro. Objectif: présenter "un projet de réforme de l'action publique dans son champ de compétence". Autrement dit, fournir des propositions pour faire des économies et réduire les effectifs au sein de l'administration. De quoi occuper les ministres pour les prochains mois.

A. K.