BFMTV

Empoisonneuse de Chambéry: Michelle Delaunay évoque "un authentique drame"

La ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, a évoqué "un drame".

La ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, a évoqué "un drame". - -

La ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, a évoqué un véritable "drame", mais a écarté un souci d'encadrement au sein de la maison de retraite près de Chambéry, où une aide-soignante aurait empoisonné neuf pensionnaires.

"C’est un authentique drame". Michelle Delaunay a fait part de son émotion concernant l’empoissonnent de neuf personnes par une aide-soignante dans une maison de retraite, dans les environs de Chambéry.

"Nous sommes en face de faits très graves qui relèvent de la justice, des faits délictuels, de véritables homicides", a estimé la ministre déléguée aux Personnes âgées. "Mais il va falloir éclairer cette affaire, connaitre les motivations de cette jeune femme".

"Des personnes âgées relativement jeunes qui ne demandaient absolument pas à mourir sont aujourd'hui décédées. On doit considérer ces faits comme très graves", a-t-elle poursuivi.

Mais "je ne crois pas", qu'il y ait eu un manque d'encadrement, a encore dit la ministre en réponse à une question sur ce point. "Il s'agit d'un cas dont l'état psychologique devra être analysé. Nous savons que c'est une jeune fille fragilisée par le décès de sa mère".

"Soulager leurs souffrances"

Michelle Delaunay a aussi souligné que cette affaire permettait aussi de rappeler qu'en règle générale, "les personnes âgées n'éliminent pas et n'assimilent pas les médicaments comme les autres adultes".

"Au-delà de quatre ou cinq médicaments, il faut interroger le médecin traitant pour savoir si tout ça est utile", a-t-elle souligné.

L'aide-soignante, mise en examen jeudi, a expliqué avoir voulu "soulager leurs souffrances" sans parler d'euthanasie.

Les six décès sont intervenus depuis octobre au sein de l'établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Le Césalet, à Jacob-Bellecombette, en Savoie, dépendant du centre hospitalier de Chambéry.

Emmanuel Bringuier avec AFP