BFMTV

Edouard Philippe sur Twitch: "Le référendum ne peut pas être la seule réponse" à l'issue du grand débat

-

- - Capture Twitch - Accropolis

Le Premier ministre était interviewé par des vidéastes, streamers et journalistes en direct sur la plateforme Twitch ce mardi matin.

L'expérience était novatrice, le résultat un peu moins. Le Premier ministre Edouard Philippe s'est exprimé ce mardi matin sur la chaîne Twitch d'Accropolis, qui traite déjà d'ordinaire de politique.

En présence de sept vidéastes, streamers et journalistes, le chef du gouvernement s'est exprimé sur plusieurs sujets: implication des jeunes dans la vie politique, issue du grand débat national, dégoût et défiance envers les politiques… Avec finalement peu de questions remontées depuis le chat, qui permettait pourtant aux quelque 7000 internautes d'interroger le Premier ministre en direct.

L'allocation aux adultes handicapés, une prise en compte accrue du vote blanc, la légalisation du cannabis, la réforme des études de santé, la diminution du nombre de parlementaires, les salaires des hauts fonctionnaires ou encore l'action des forces de l'ordre sont autant de sujets qui n'ont pas été abordés devant le Premier ministre. Dix ministres doivent défiler en revanche sur la chaîne Accropolis ce mardi pour débattre avec les internautes, dans le cadre d'un "Débathon".

Un référendum à choix multiples?

Edouard Philippe a néanmoins été interrogé par les journalistes et vidéastes présents en plateau sur l'issue du grand débat national, censé se dérouler jusqu'au 15 mars. La question d'un référendum à choix multiple, éventuellement en parallèle des élections européennes le 26 mai, est régulièrement évoquée.

"C'est une possibilité, très encadrée par la Constitution", a réagi le Premier ministre. "C'est un instrument, il est à la disposition du président de la République, il peut avoir son intérêt", a-t-il concédé.

"Ma conviction, c'est qu'on ne sort pas du grand débat par un seul instrument. Le référendum ne peut pas être la seule réponse", a affirmé le chef du gouvernement.

"Il y a des questions qui vont appeler des réponses tranchés, oui ou non, et des questions qui vont appeler des réponses qui sont des process", a-t-il prédit. Avant de conclure: "On va devoir travailler pendant plusieurs mois sur un certain nombre de sujets. Et ce sera tout ça, la sortie du grand débat".
Liv Audigane