BFMTV

Gilets jaunes: Bayrou salue la réponse "personnelle" de Macron, "contre la haute administration"

François Bayrou invité sur le plateau de BFM Politique, le 16 décembre 2018

François Bayrou invité sur le plateau de BFM Politique, le 16 décembre 2018 - Capture BFMTV

Fidèle soutien d'Emmanuel Macron, François Bayrou qualifie les réponses apportées par le président au mouvement des gilets jaunes de "très importantes".

"Une décision personnelle, presque solitaire." Invité sur le plateau de BFM Politique ce dimanche, le président du MoDem s'est exprimé sur les mesures proposées par Emmanuel Macron pour répondre aux revendications des gilets jaunes. Des réponses "très importantes" estime François Bayrou qui salue la détermination du chef de l'Etat.

"Ce qu'a fait Emmanuel Macron lundi soir, il l'a fait contre toute la haute administration dont la réponse perpétuelle est que ce n'est pas possible", souligne le maire de Pau. "Il a pris la décision personnelle, j'allais presque dire solitaire, que cette fois-ci, ce ne serait pas comme les autres fois. Il l'a fait en affrontant toutes les pesanteurs et les immobilismes nés d'une certaine manière de gouverner le pays depuis une quarantaine d'années", explique François Bayrou.

"Il arrive que ceux qui sont au plus haut degré des responsabilités ne partagent pas les mêmes idées que leurs équipes", poursuit-il. Interrogé sur la nécessité d'un remaniement ou d'un changement de conseillers, François Bayrou assure que c'est en "rebâtissant, en persuadant, en convaincant" que l'on parviendra à changer la culture du pays.

"Je sens le président déterminé"

Alors qu'Emmanuel Macron est soupçonné d'avoir "improvisé" et face à la délicate application des réformes annoncées, notamment l'augmentation de 100 euros du salaire des personnes touchant le SMIC dès le mois de janvier, François Bayrou se dit confiant.

"Je sens le président déterminé à ce qu'on ne ratiboise pas les promesses qui ont été faites", assure-t-il.

Le président du MoDem se félicite que le président de la République ait décidé que "désormais les obstacles, ceux qui disent non à tout ne devaient pas avoir raison". "Une décision à l'échelle du demi siècle qui ne s'est pas faite souvent", souligne François Bayrou citant le Général de Gaulle.

Mélanie Rostagnat