BFM Business

Augmenter les personnes au Smic de 100 euros, le casse-tête du gouvernement

Augmenter la prime d'activité ne suffira pas car tous les smicards ne la touchent pas. La majorité planche sur divers scénarios pour appliquer la promesse du président.

"Je demande au gouvernement et au parlement de faire le nécessaire afin qu'on puisse vivre mieux de son travail dès le début d'année prochaine. Le salaire d'un travailleur au Smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019 sans qu'il en coûte un euro de plus pour l'employeur."

Emmanuel Macron a fixé le cap ce lundi, au gouvernement et au parlement de maintenant "faire le nécessaire". Et ce ne sera pas une mince affaire de mettre en musique la partition du président. Car il s'agit ici d'augmenter le Smic de 100 euros net, sans que l'employeur ne débourse 1 euro de plus: pas question pour le gouvernement de s'attaquer à la compétitivité française en augmentant le coût du travail.

Seule solution restante: prendre à sa charge ces 100 euros. Le gouvernement veut augmenter pour partie la prime d'activité versée aux salariés les plus modestes et baisser les charges de ces bas salaires.

Mais la prime d'activité n'est pas touchée par tous les salariés payés au Smic en France. Seuls 27% des 2 millions de salariés qui touchent le salaire minimum y ont droit. Car cette prime est versée sous conditions de ressources du foyer: 1,9 Smic (2200 euros) pour un couple sans enfant, ou 2,5 Smic (2900 euros) pour un couple d'actifs avec deux enfants. 

Autrement dit, si vous êtes payé au Smic, mais que votre compagnon gagne 1700 euros, vous n'avez pas droit à cette prime, ni donc à ces 100 euros d'augmentation. De plus, beaucoup de personnes éligibles à la prime d'activités n'ont pas fait les démarches nécessaires auprès de la Caisse d'allocations familiales. Résultat: 73% des gens payés au Smic en France ne touchent pas cette fameuse prime d'activité.

Les différents scénarios

Dès lors comment faire? Le gouvernement planche sur deux scénarios selon Les Echos. D'abord, celui d'un chèque du montant de l'augmentation de la prime d'activité qui serait versé par les caisses d'Urssaf. Pour rappel, les Urssaf qui recouvrent les cotisations des employeurs, sont des organismes privés. Il faudrait donc que l'Etat mette en place rapidement un système pour financer ces chèques par les Urssaf. 

Un autre scénario moins "usine à gaz" reviendrait à changer les conditions pour bénéficier de la prime d'activité. Autrement dit, faire en sorte que tous les salariés au Smic y aient droit, quels que soient les revenus du foyer. Problème cette fois: d'une part cela ne correspond plus à la philosophie de la prime qui consiste à aider les travailleurs pauvres. D'autre part, cette augmentation de la prime doit-elle concerner les seuls salariés payés pile le Smic? Plus de 2,6 millions de personnes la touchent actuellement. 

Enfin, comment tenir compte des cas particuliers nombreux comme les salariés qui cumulent des temps partiels auprès de plusieurs employeurs ou encore ceux qui vont avoir droit à des heures supplémentaires défiscalisées et qui dépasseront peut-être le plafond actuel? Le gouvernement n'a plus que quelques jours pour trouver une solution pour que la promesse d'Emmanuel Macron soit tenue le 1er janvier.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco