BFMTV

Législatives du Doubs: le Front national célèbre "sa" victoire

Sophie Montel et Marine Le Pen, le 23 janvier dernier.

Sophie Montel et Marine Le Pen, le 23 janvier dernier. - Sébastien Bozon - AFP

Le parti d'extrême droite, qui a perdu dimanche soir face au Parti socialiste, au second tour d'une législative partielle dans le Doubs, s'estime cependant "vainqueur" du fait du faible écart de voix entre les deux candidats.

Une forme de victoire, et un motif d'espoir pour les élections à venir: c'est ce que le Front national a ressenti dimanche soir dans sa défaite au second tour de la législative partielle du Doubs, face au PS. Sophie Montel s'est inclinée à 48,57% face à Frédéric Barbier, qui avait été soutenu jusqu'au plus haut sommet de l'Etat avec la venue, à deux reprises, lors de la campagne, de Manuel Valls.

"C'est un score extraordinaire pour le Front national, seul face à un système et une caste", s'est réjouie la candidate perdante au micro de BFMTV. "Le PS a gagné d'un cheveu, mais c'est le FN qui est le grand vainqueur de l'élection", a assuré de son côté Marine Le Pen dimanche soir. 

"Le front 'républicain' a eu chaud aux urnes", a raillé la députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen, faisant référence à l'appel de certains ténors, de NKM à Alain Juppé, de la droite à voter à gauche.

Forte mobilisation au niveau national

"Le Premier ministre est venu deux fois, et le président de la République lui-même a parlé" de cette élection, s'est délecté avec ironie le bras droit du FN, Florian Philippot. "Ils ont mis des moyens considérables, c'est inquiétant pour le système, qui ne pourra pas se multiplier aux prochaines élections."

Le FN s'était pourtant lui aussi nettement mobilisé pour cette législative: de très nombreux ténors du parti, dont Marine Le Pen elle-même, avaient fait le voyage dans l'Est pour soutenir Sophie Montel. Le parti d'extrême droite avait été nettement plus discret en décembre lors de la précédente législative partielle dans l'Aube, où son candidat, parvenu au second tour face à l'UMP, n'avait que très peu de chances de l'emporter.

Régionales: le FN "pourrait faire un bon score"

Au final, Sophie Montel progresse d'environ seize points et d'environ 6.300 voix entre les deux tours, dans un contexte de participation en hausse de près de dix points. Un résultat qui interroge sur le report des voix du premier tour du candidat de l'UMP vers celle représentant le FN. Les sondages pour la prochaine présidentielle montrent aussi cette porosité UMP-FN. En cas de duel entre Marine Le Pen et François Hollande, nombreux sont les électeurs de l'UMP à se tourner plutôt vers la candidate du Front national que vers l'actuel président de la République.

Quid des départementales fin mars? "Les départementales sont quand même le mode de scrutin le plus défavorable au FN", tempère le chercheur Jean-Yves Camus, qui dirige l'Observatoire des radicalités politiques à la Fondation Jean Jaurès . Mais "il y aura ensuite la séance de rattrapage des régionales, et là tous les ingrédients seront réunis pour que le FN fasse un bon score", prévient-il.

Pour Marine Le Pen, cela ne fait pas de doute: "Demain, cela fera des victoires dans de nombreux cantons et de nombreuses circonscriptions. C'est extrêmement encourageant pour nous." Et la présidente du FN de se faire bravache: "L'inquiétude n'est pas dans notre camp mais dans le leur."

Alexandra Gonzalez avec AFP