BFMTV

Le meeting "catastrophe" de Manuel Valls dans le Doubs

Le Premier ministre Manuel Valls s'est retrouvé plongé dans le noir, ce mardi soir, devant plus de 750 personnes venues l'écouter, à Audincourt dans le Doubs.

Le Premier ministre Manuel Valls s'est retrouvé plongé dans le noir, ce mardi soir, devant plus de 750 personnes venues l'écouter, à Audincourt dans le Doubs. - Sébastien Bozon - AFP

En déplacement dans le Doubs pour soutenir le candidat du PS à l'élection législative partielle qui débute dimanche, le Premier ministre s'est vu dans l'incapacité de démarrer son meeting à la suite d'une coupure de courant. Un acte délibéré de la CGT, comme l'a confirmé le syndicat à BFMTV.

Pour ne pas l'écouter, ils ont préféré le priver d'électricité. La CGT Mines-énergie a revendiqué ce mardi soir une coupure de courant à Audincourt dans le Doubs, qui a, pendant près d'une heure, empêché Manuel Valls de débuter un meeting. Un incident qui allait en appeler d'autres par la suite.

Opération reconquête

Le Premier ministre s'est en effet déplacé ce mardi dans cette petite localité afin de soutenir le candidat socialiste à l'élection législative partielle de la 4e circonscription du département. Un scrutin très convoité, depuis le départ de Pierre Moscovici, élu ici député en juin 2012, parti depuis à la Commission européenne.

Or, comme le rapporte notre envoyé-spécial sur place, le chef du gouvernement s'est retrouvé dans le noir peu de temps avant le début du meeting en question: toute l'électricité du quartier étant coupée. Un acte délibéré et revendiqué par la CGT Mines-énergie, comme le révèle L'Est-Républicain. Une information confirmée par le syndicat auprès de BFMTV.

Une riposte à la loi de transition énergétique?

"La Fédération Nationale Mines Energie CGT et ses syndicats présents au rassemblement à Audincourt, soutiennent la coupure d’électricité réalisée par les électriciens et gaziers lors du meeting", est-il possible de lire sur le communiqué du syndicat.

"Cette action vise à rappeler que cette loi de transition énergétique est une bonne idée, mais avec de très mauvaises solutions !", précise encore le communiqué de la CGT

"La FNME CGT considère que l'on est face à une loi de 'transaction énergétique' visant à remercier les écologistes pour leur apport de voix aux dernières élections présidentielles, au détriment de l'avenir de la planète et de l'intérêt collectif", a encore martelé le syndicat.

Quand les notaires s'en mêlent

Alors que le Premier ministre bénéficie depuis quelques jours d'un regain de popularité, au même titre que le Président François Hollande, obtenu à la suite de leur gestion des attentats qui ont frappé la région parisienne au tout début de l'année, ce nouveau déplacement est décidément marqué par les incidents pour le locataire de Matignon. 

Alors que le meeting avait déjà pris 30 minutes de retard à la suite de la coupure de courant, de nouveaux manifestants ont fait leur entrée dans la salle où se tient le meeting de Manuel Valls. Il s'agit de notaires, qui sont venus protester contre la loi Macron.

"Je ne me laisserai jamais impressionner par des manifestations", a lancé le Premier ministre aux perturbateurs: "rien n'empêchera la tenue d'un meeting", a-t-il encore assuré, avant que les protestataires ne se fassent sortir de la salle.

Deux nouvelles évacuations

Les ennuis ne se sont pas arrêtés là pour le Premier ministre. C'est ensuite le candidat sans étiquette Ismaël Boudjekada qui est venu semer un temps le trouble dans la salle du meeting, avant d'être évacué par le service d'ordre. "Une agression du service d'ordre de Manuel Valls", selon la version de l'intéressé.

Jé. M.