BFMTV

Quand Sophie Montel défendait Jean-Marie Le Pen sur "l'inégalité des races"

La présidente du FN Marine Le Pen et la candidate du parti dans le Doubs Sophie Montel

La présidente du FN Marine Le Pen et la candidate du parti dans le Doubs Sophie Montel - Sébastien Bozon - AFP

"Le Front national n’est ni raciste, ni fasciste, ni antisémite. Il défend les droits prioritaires des Français chez eux", avait déclaré la candidate FN dans le Doubs en 1996, défendant les propos de Jean-Marie Le Pen sur "l'évidente inégalité des races".

Sophie Montel est la candidate du Front national qui est arrivée en tête du premier tour de la législative partielle organisée dans le Doubs pour remplacer Pierre Moscovici. Mais en 1996, alors qu’elle était conseillère municipale dans la ville de Besançon, l'élue s’était signalée en défendant ardemment le président du FN d'alors, Jean-Marie Le Pen, qui argumentait sur "l’évidence de l’inégalité des races", rapporte le site L’Entente, observer le FN qui scrute les faits et gestes des élus frontistes"Rien dans les propos de Jean-Marie Le Pen sur l’évidente inégalité des races ne tombe sous le coup de la loi", défendait-elle alors selon un procès-verbal publié par LeLab d'Europe1.

"Le Front national n’est ni raciste, ni fasciste, ni antisémite"

Puis Sophie Montel de démontrer son affirmation par des exemples: "Constater que la civilisation des Pygmées au XXe siècle, aussi nombreux que les Athéniens du siècle de Périclès, n’est pas égale à celle de la Grèce Antique n’injurie pas les Pygmées. Constater que la civilisation des Esquimaux, aussi nombreux que les Juifs, n’est pas égale à celle d’Israël et n’a pas joué le même rôle dans l’histoire du monde ne constitue ni une injure aux Esquimaux ni une atteinte à la vérité. L’observation que les enfants d’origine vietnamienne s’adaptent généralement mieux aux études et au travail que ceux de l’immigration africaine est le fait de tous les enseignants, même de gauche", aurait-elle déclaré. 

"Le Front national n’est ni raciste, ni fasciste, ni antisémite. Il défend les droits prioritaires des Français chez eux. Nous sommes patriotes et nationalistes sans complexes ni états d’âmes" conclut celle qui, en cas de victoire au deuxième tour de la législative partielle dans le Doubs, rejoindra peut-être dimanche Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen sur les bancs de l’Assemblée nationale. Sophie Montel s'était faite remarquer durant la campagne pour ses tracts sur le "péril islamiste" diffusés sur fond des attentats qui avaient frappés Paris et sa région début janvier.

S.A.