BFMTV

Fondation Bruni-Sarkozy : une pétition en ligne réclame le remboursement de 410 000 euros

Selon la Cour des comptes, Carla Bruni-Sarkozy « a bénéficié d'un site internet spécifique dédié, financé par le budget de la présidence », pour un coût total de 410 000 euros, entre janvier 2011 et mai 2012.

Selon la Cour des comptes, Carla Bruni-Sarkozy « a bénéficié d'un site internet spécifique dédié, financé par le budget de la présidence », pour un coût total de 410 000 euros, entre janvier 2011 et mai 2012. - -

Plus de 100 000 personnes avaient signé vendredi la pétition en ligne réclamant à Carla Bruni-Sarkozy le remboursement des 410 000 euros dépensés par l'État pour le site internet de sa fondation. Un coût exorbitant, s'étonnent les professionnels du web.

C’est une pétition qui cartonne. Ce vendredi, plus de 100 000 personnes avaient signé la pétition en ligne réclamant à Carla Bruni-Sarkozy le remboursement des 410 000 euros dépensés par l'État pour le site internet de sa fondation. Tout est parti d'un rapport de la Cour des comptes du 15 juillet dernier. Dans ce rapport sur la gestion de l'Elysée, les Sages expliquent que Carla Bruni-Sarkozy « a bénéficié d'un site Internet spécifique dédié, financé par le budget de la présidence », pour un coût total de 410 000 euros, entre janvier 2011 et mai 2012. De l’argent du contribuable.

« Un site internet financé par le budget de la présidence »

A l'époque, sur la page internet de Carla Bruni-Sarkozy, on trouvait les activités de sa fondation, mais aussi ses actions de Première dame comme son engagement contre le sida. L’avocat de l’épouse de Nicolas Sarkozy, Me Richard Malka, a démenti ces informations. Il l'assure : l'association caritative de l'ex-Première dame n'a pas touché un centime de la présidence de la République. Mais les Sages sont formels, et les professionnels du web s’interrogent.

« On est bien au-delà du prix normal du marché »

C’est Nicolas Bousquet, développeur de jeux vidéo sur Internet, qui est l'auteur de la pétition. Et il l’assure, « on est bien au-delà du prix normal du marché. Il n'y a aucun moyen de justifier 410 000 euros là-dessus. Si effectivement on avait un cadre légal qui définissait très clairement dans quelle mesure les finances publiques pouvaient être attribuées à la Première dame, dans ce cas il n'y aurait pas de problème. Mais de ce que je sais aujourd'hui, ce cadre n'existe pas ». C’est pourquoi il réclame que cette somme soit reversée à des associations caritatives.

« 410 000 euros, c’est le travail de toute une vie »

« 410 000 euros ? Je ne suis pas sûr que la Nasa elle-même ait payé ce prix-là pour son site web », ironise à son tour Rémi, un signataire de la pétition joint par RMC. Ce salarié d’une société d'hébergement de sites Internet à Lyon se dit avant tout choqué par ce prix. Mais pas seulement : « Ce qui est d'autant plus choquant, c'est de voir qu'aujourd'hui en France les entrepreneurs doivent se démener pour trouver un peu d'argent pour développer leur entreprise. 410 000 euros, ça représente le nécessaire pour monter une entreprise comme la mienne, donc c'est le travail de toute une vie. Quand on voit les facilités qu'il y a d'autre part, on a envie de tirer la sonnette d'alarme ».

Philippe Gril avec Johanne Burgell