BFMTV

Mélenchon relaxé après avoir taxé Le Pen de "fasciste"

Le co président du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon

Le co président du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon - -

"Vous ne cesserez jamais à nos yeux d'être des fascistes, même si on nous interdit de le dire", s'était notamment défendu le coprésident du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon devant le tribunal.

Entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, les affrontements par procès interposés se poursuivent. Après celui du faux-tract, pour lequel Marine Le Pen a écopé d'une amende, celui pour injure visant Jean-Luc Mélenchon s'est achevé jeudi par la relaxe du coprésident du Parti de Gauche.

Le tribunal a souligné que "si le terme 'fasciste' peut prendre une connotation outrageante quand il est utilisé en dehors de tout contexte politique ou s'il est accompagné d'autres termes dégradants, il est, en revanche, dépourvu de caractère injurieux lorsqu'il est employé entre adversaires politiques sur un sujet politique".

"Je n'ai pas injurié Mme Le Pen"

Le 5 mars 2011, invité à réagir sur un sondage donnant Marine Le Pen en tête au premier tour de la présidentielle de 2012, Jean-Luc Mélenchon avait déclaré: "Tout ça est une guignolisation de la vie politique, absolument invraisemblable", "pourquoi voulez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d'avoir un fasciste à sa tête?"

"Je n'ai pas injurié Mme Le Pen, je l'ai caractérisée", avait-il expliqué à la barre de la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. "Vous ne cesserez jamais à nos yeux d'être des fascistes, même si on nous interdit de le dire."

S. C. avec AFP