BFMTV

Les médias évincés de la "convention de la droite" réintégrés après des menaces de boycott

Marion Maréchal répond à la presse après une rencontre entre Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen à Paris, le 29 avril 2017

Marion Maréchal répond à la presse après une rencontre entre Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen à Paris, le 29 avril 2017 - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Plusieurs patrons de presse ont averti qu'ils ne couvriraient pas la "convention de la droite" si leurs confrères de Libération, de L'Express et de L'Opinion n'obtenaient pas d'accréditations.

"Cette polémique n'a pas lieu d'être. Tous les journaux nationaux seront accrédités". Volte-face des organisateurs de la "convention de la droite", qui se tiendra à Paris samedi 28 septembre. Après avoir annoncé que les journalistes de L'Opinion, L'Express et Libération, ne seraient pas autorisés à couvrir l'événement car jugés trop "agressifs et dénigrants", les proches de Marion Maréchal à l'initiative de cet événement ont finalement décidé d'accréditer tous les médias nationaux.

Ce changement d'avis intervient alors que plusieurs patrons de presse ont menacé les organisateurs de boycott, invoquant la liberté d'informer. "En solidarité avec les journalistes interdits d'accès, Le Monde ne couvrira pas cette convention de la droite si les organisateurs continuent de leur refuser leur accréditation", a tweeté mercredi matin le directeur de la rédaction, Luc Bronner.

"Si les organisateurs persistent, Le Figaro ne couvrira évidemment pas cet événement" avait également averti Alexis Brézet, directeur des rédactions du Figaro.

Deux invités menaçaient d'annuler leur participation

Deux invités qui devaient porter la contradiction à cette réunion organisée par des proches de l'extrême droite ont aussi menacé de ne pas s'y rendre.

"En démocratie, on ne choisit ni ses contradicteurs ni les journalistes, dont le pluralisme est indispensable au débat public. Dans ces conditions, je ne participerai pas à la convention de la droite", a indiqué le député LaREM Aurélien Taché.

"Si L'Opinion, L'Express et Libé ne sont pas accrédités, j'annulerai également ma participation à la convention de la droite", a également prévenu le philosophe Raphaël Enthoven. 

Le journaliste de l'émission Quotidien de la chaîne TMC qui n'avait pas reçu d'accréditation parce que "c'est juste du divertissement" a finalement été invité, selon un organisateur.

Mélanie Rostagnat avec AFP