BFMTV
Extrême droite

Après Raphaël Enthoven, Laurent Alexandre invité à la "convention de la droite" de Marion Maréchal et Eric Zemmour

Chirurgien et fondateur du site Doctissimo, Laurent Alexandre tient une chronique dans l'hebdomadaire L'Express.

Chirurgien et fondateur du site Doctissimo, Laurent Alexandre tient une chronique dans l'hebdomadaire L'Express. - AFP - Bruno Coutier

INFO BFMTV.com - Le chirurgien, connu pour ses chroniques dans l'hebdomadaire L'Express et ses prises de position parfois polémiques sur le transhumanisme et la biotechnologie, battra l'estrade le 28 septembre dans ce cénacle de la droite "hors les murs". Il s'exprimera, entre autres, sur le thème de la souveraineté numérique.

Le casting de la "convention de la droite" du 28 septembre, à laquelle Marion Maréchal et Éric Zemmour tiendront la vedette, se précise petit à petit. Et ce en suscitant, de manière prévisible, son lot de controverses. Après le philosophe Raphaël Enthoven, dont la présence à ce grand raout de la droite "hors les murs" a été révélée par Le Monde, on apprend désormais que Laurent Alexandre sera également du nombre. 

Chirurgien-urologue, énarque et entrepreneur, fondateur du site Doctissimo et chroniqueur régulier dans l'hebdomadaire L'Express, Laurent Alexandre est un habitué des prises de position clivantes. "Le véganisme détruirait la France", "Un ouvrier de 2019 vit mieux que Louis XIV", "Non à l'euthanasie écologique"... Autant de titres de chroniques qui lui valent d'être voué aux gémonies par des pans entiers du spectre politique, en particulier à gauche et chez les écologistes. 

"Je parle à tout le monde"

Ses contempteurs, qui incarnent selon lui le "pessimisme collapsologique de notre époque", ne risquent pas de désarmer. À La Palmeraie, dans le XVe arrondissement de Paris, le Dr Alexandre battra l'estrade façon TedX pour parler de la souveraineté numérique, des Gafa et, plus largement, des "conséquences géopolitiques de la technologie".

Contacté par BFMTV.com, l'intéressé confirme sa venue à l'événement initié sous l'impulsion du magazine L'Incorrect et parrainé par une kyrielle d'associations et de clubs issus de la droite "hors les murs": 

“Je viens au même titre que Raphaël Enthoven", affirme-t-il. "Je suis un libéral sur l'économie et sur les mœurs, mais je parle à tout le monde. Je vais à la Manif pour tous alors que je suis pro-PMA, pro-mariage gay, je me rends dans des loges maçonniques très pro-Mélenchon… Je me considère avant tout comme un scientifique et un intellectuel non sectaire. Si j’étais invité par la Fête de l’Huma, j’irais y débattre avec plaisir.” 

Laurent Alexandre a été invité a cette “convention” par le truchement d’Erik Tegnér, ce jeune issu des Républicains qui s’est rapproché de Marion Maréchal et que le chirurgien connaît depuis quelques années. Aujourd’hui, Erik Tegnér ne cesse de jeter des ponts entre les différentes chapelles de la droite. 

"Laurent Alexandre est une personnalité stimulante et sans tabou. Malgré nos divergences de vues sur certains sujets - notamment bioéthiques - il nous semblait fondamental de l'écouter sur la question de la souveraineté numérique. Nous ne sommes pas le Medef: le sectarisme n'est pas de notre côté", plaide-t-il auprès de BFMTV.com.

D'autres "surprises" prévues

Une pique adressée au patronat qui, après avoir convié Marion Maréchal à son université d'été, a rétropédalé le lendemain face à la polémique ainsi déclenchée.

Interrogé sur la présence d’Éric Zemmour, positionné en intervenant phare de la “convention”, Laurent Alexandre, dont le libéralisme est beaucoup plus mesuré sur la question des frontières, n’exprime aucune gêne:

“Beaucoup de choses nous séparent idéologiquement. Mais si on ne discute qu’avec les gens qui ont les mêmes convictions que soi, ça n’a aucun intérêt.”

Sur le casting, un autre organisateur de l'événement a de la suite dans les idées.

"On souhaite que cette convention vive après nous, que ça fasse parler. Avec des invités inattendus comme Enthoven et Alexandre cette fois-ci, on veut que le gens se demandent, 'qui est-ce qu'ils vont inviter l'an prochain?'", nous dit-il.

Et de glisser, le sourire aux lèvres, que "d'autres grosses surprises" sont attendues d'ici le 28 septembre.

Jules Pecnard