BFMTV

Pascal Canfin

Pascal Canfin, invité de BFMTV, ce vendredi

Pascal Canfin, invité de BFMTV, ce vendredi - BFMTV

L'ancien ministre délégué au Développement, aujourd'hui directeur général de WWF France, était l'invité de RMC et BFMTV ce vendredi matin.

Au lendemain du choc, il préfère relativiser. Et même faire part d'un certain espoir. L'ancien ministre Pascal Canfin était ce vendredi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV. Interrogé sur la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, celui qui est désormais directeur général de WWF France estime qu'il faut nuancer l'impact de ce retrait.

"C'est plus Trump qui sort de l'accord de Paris que les Etats-Unis", explique notre invité, en s'appuyant sur "les centaines de maires, d'Etats et d'entreprises qui vont continuer à agir pour appliquer l'accord".

La Californie a ainsi déjà lancé des mesures dans la même veine de ce qui est prévu par l'accord signé à l'issue de la Cop21 fin 2015, et plusieurs entreprises américaines ont réaffirmé jeudi soir leur intention de continuer à se battre contre le dérèglement climatique, comme Apple. 

"Si tout le monde vivait comme les Américains, il faudrait plus de cinq planètes", précise Pascal Canfin, les Etats-Unis étant le deuxième plus gros pollueur de la planète derrière la Chine, et le premier par habitant.

"On pourra faire revenir les USA à bord de l'accord de Paris"

"Il faut relativiser le poids de ce retrait", ajoute encore le patron du WWF France. Le prochain président, en quelques minutes, pourra faire revenir les Etats-Unis à bord de l'accord de Paris."

Pour affirmer encore le rôle de la France dans l'instauration de l'accord de Paris, l'ancien ministre délégué au Développement juge que le gouvernement doit faire encore plus:

"Je propose que la France inscrive l'accord de Paris dans sa Constitution."

Jé. M.