BFMTV

"On me mettait des coups": devant Emmanuel Macron, les enfants témoignent du harcèlement scolaire

Le chef de l'État a débattu ce jeudi avec des enfants dans le Maine-et-Loire. Ces derniers ont pu évoquer avec lui plusieurs grands thèmes d'actualité, parmi lesquels l'écologie ou encore le harcèlement scolaire.

Après les intellectuels, les femmes ou encore les élus, Emmanuel Macron a rencontré des enfants et des collégiens ce jeudi, dans le cadre du grand débat national. Un débat organisé dans la commune de Beaupréau-en-Mauges en Maine-et-Loire. 

Un exercice déroutant pour le chef de l'État, qui s'est transformé en professeur des écoles, donnant la parole aux enfants à tour de rôle. "Les choix qu'on fait aujourd'hui, c'est vous qui allez les vivre comme adultes", leur a lancé Emmanuel Macron en guise d'introduction.

Puis la question du réchauffement climatique et de l'écologie a longuement été abordée par les enfants. Certains ont évoqué les véhicules du futur, d'autres l'usage massif du plastique ou encore la fonte des glaces. Les enfants et le président se sont ensuite intéressés à la question du harcèlement scolaire et sur les réseaux sociaux.

Suicide en sixième

"On me traitait de mouton, on me mettait des coups, et ça a duré jusqu'à la moyenne section", a confié l'un des jeunes participants du grand débat. Plusieurs enfants ont partagé leurs propres témoignages ou ceux de camarades de classe. L'un d'eux a par exemple raconté l'histoire du harcèlement puis du suicide d'une jeune fille de sixième qu'il connaissait.

Un autre a confié avoir été victime d'insultes et de coups pendant plusieurs années par des camarades de classe.

"Un jour il y a eu un trop gros accident, du coup ma mère a porté plainte et il (l'agresseur) n'est pas revenu. À part la cicatrice qui m'est restée, il n'y a plus rien", a-t-il poursuivi, la gorge nouée.

"Quand on est ensemble contre une seule personne, on est vite très bête, à tous les âges de la vie. Ce n'est jamais bon signe", leur a répondu Emmanuel Macron, avant de leur rappeler à quel point il était important d'en parler. 

Jeanne Bulant