BFMTV

Macron sur son effigie brûlée lors d'une manif: "Ceux qui font ça manquent de dignité"

BFMTV
A l'issue de la manifestation des fonctionnaires mardi, une sculpture en papier mâché représentant Emmanuel Macron a été brûlée. Un geste sur lequel le président de la République a été interrogé ce vendredi, lors d'un entretien à BFMTV.

"Je ne suis pas là pour exprimer mes états d'âme". Lors d'un entretien à BFMTV diffusé ce vendredi à 19h, Emmanuel Macron a été invité par Ruth Elkrief à réagir à la sculpture à son effigie qui a été brûlée à Paris mardi, à l'issue de la manifestation des fonctionnaires.

"Est-ce que vous pensez que ça ne devrait pas plutôt susciter de votre part ou de ceux qui le commentent de l’indignation?", a interrogé en retour le chef de l'Etat, qui a ensuite donné le fond de sa pensée.

Sarkozy et Hollande visés eux aussi par le passé

"Ce n'est pas pour ma personne, je ne suis pas là pour exprimer mes états d’âme. Simplement je suis attaché à la fonction, et je considère que les gens qui font ça manquent de dignité, ils ne proposent rien au pays. Ils ne veulent rien, ils veulent la grande violence, c’est tout. Je ne me retrouve pas là-dedans. Je suis toujours avec les Français en oeuvrant pour les Français", a affirmé Emmanuel Macron. 

En avril dernier, lors d'une manifestation contre la politique du gouvernement à Nantes, un mannequin représentant le chef de l'Etat avait déjà été pendu et brûlé. Lors des précédents quinquennats, des événements comparables s'étaient déjà produits, comme en mai 2016 lorsque des manifestants opposés à la loi Travail avaient brûlé une pancarte à l'image de François Hollande. Au soir de l'élection de Nicolas Sarkozy, en mai 2007, un pantin à son effigie avait subi le même sort, brûlé puis piétiné. 

C.V.