BFMTV

Le baromètre des éditorialistes - "Macron a pris le leadership du combat européen contre Trump"

Emmanuel Macron a envoyé un signal fort au monde entier en réagissant, en français et en anglais, à la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord de Paris sur le climat.

Peu après 23 heures jeudi, Emmanuel Macron s'est adressé aux Français mais également aux Américains pour réagir à la sortie des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat. Le président de la République, qui s'est exprimé en français et en anglais, a appelé tous les autres pays signataires à rester "à la hauteur de nos responsabilités", détournant le slogan de Donald Trump en déclarant "Make our planet great again". Pour les éditorialistes de BFMTV, le chef de l'État marque ici la volonté d'affirmer son leadership sur la scène internationale.

-
- © BFMTV

> Laurent Neumann: "Emmanuel Macron se sert de Donald Trump pour rebooster l'Union européenne"

"C’est de la communication. C’est de la politique. Mais il n’est pas interdit de penser que c’est aussi par conviction. Si on se reporte en arrière pendant la campagne présidentielle, l’écologie c’était l’angle mort de la campagne d’Emmanuel Macron. C’est même pour ça qu’une fois élu, il a fait tout son possible pour faire entrer Nicolas Hulot au gouvernement et avec qui il a rendez-vous ce matin à dix heures pour parler de tout ça. Nicolas Hulot reste pour l’instant silencieux parce qu’hier soir, c’était la séquence du Président. Emmanuel Macron a pris le leadership du combat européen contre Donald Trump, pour la planète, pour l’environnement. Ses premières réactions: il téléphone à Trump, il téléphone à Merkel, il obtient un communiqué Paris-Rome-Berlin. Et il fait de Trump, non pas l’ennemi de la France -Emmanuel Macron ne s’oppose pas comme l’ennemi de l’Amérique, encore moins des Américains, ce n’est pas le sujet- mais il se sert de Donald Trump pour rebooster l’Union Européenne. Ça fait écho à ce que disait Angela Merkel la semaine dernière. "Il faut désormais compter sur nous". Voilà ce qui s’est passé. Et puis, accessoirement , il y a des élections législatives dans neuf jours et il n’est pas interdit de penser qu’il fait aussi de la politique."

-
- © BFMTV

> Christophe Barbier: "Macron invente le slogan des anti-Trump du monde entier"

"Emmanuel Macron [...] est l’un des rares dans le monde occidental à s’exprimer ainsi. C’est une prise de parole très solennelle. Et par ailleurs, il a ce coup de génie publicitaire: "Make our planet great again" qui est dit dans un discours en anglais. C’est rarissime qu’un président français s’exprime de manière aussi longue, aussi structurée, en anglais, c’est-à-dire à destination des Américains mais aussi de la planète entière. Et il invente le slogan des anti-Trump du monde entier mais surtout de tous ceux qui, aux États-Unis, sont en train de se dresser contre Donald Trump: les villes qui disent "Nous appliquerons l’accord de Paris", les entreprises qui disent "On appliquera l’accord de Paris", les chefs d’entreprises qui se retirent du conseil de Trump pour dire "Non, si c’est pour se retirer de l’accord de Paris. Nous, on regarde vers le futur. Make our planet great again". C’est un nouveau défi qu’il lance à Donald Trump. C’est la poignée de main qui continue. Il va y avoir ce défi personnel de chef d’État à chef d’État mais dans le respect quand même puisqu’il a commencé par dire "je respecte cette décision". Et surtout, Macron nous dit "ce que je reproche à Donald Trump, je ne le reproche pas aux Américains". Le dialogue continue avec les Américains, nous allons parler avec les Américains: citoyens, villes, États et entreprises. […]Il n’y a pas d’autres solutions que de continuer le dialogue diplomatique mais fermement. Si on sait saisir notre chance, cette décision est bonne pour l’Europe. Donald Trump est en train d’arrimer l’Amérique au passé, à l’ère carbonée. Il est en train de se tromper sur ce que sera l’économie du XXIe et du XXIIe siècle. Donc cela permet aux Européens, s'ils sont unis et s'ils sont habiles, de reprendre le leadership. Sauf qu’il y a aussi d’autres pays qui veulent faire la même chose. Il y a la Chine et il y a l’Inde. Et aujourd’hui, qui est reçu à l’Élysée? Le Premier ministre indien. C’est peut-être avec lui que Macron peut tisser l’avenir mondial, plutôt qu’avec Donald Trump."

Paul Louis