BFMTV

Hollande: "une coalition doit être formée avec les Etats-Unis"

François Hollande et son homologue allemand Joachim Gauck

François Hollande et son homologue allemand Joachim Gauck - -

Le président français, qui s'exprimait avec son homologue allemand Joachim Gauck, a réaffirmé mardi la nécessité d'une "réponse" à l'emploi d'armes chimiques par le régime de Damas.

Le président français, qui s'exprimait avec son homologue allemand Joachim Gauck du palais de l'Elysée, a réaffirmé mardi la nécessité d'une "réponse de la communauté internationale" à l'emploi d'armes chimiques par le régime de Damas contre son peuple.

"Quand un massacre chimique se produit, que le monde est informé, que les preuves sont livrées et les coupables connues, il faut une réponse, a-t-il pointé avant de préciser que "nous ne sommes pas encore" à l'aube d'une intervention militaire.

"Je m'adresserai aux Français quand j'aurai en main tous les éléments", a dit François Hollande. Mais le président de la République estime aussi que "l'Europe doit se réunir sur ce dossier" et qu'elle "le fera. Chacun avec sa responsabilité, la France assumera la sienne". Une réunion pourrait avoir lieu "ces prochains jours".

Les preuves de Paris, les menaces d'al-Assad

"Une coalition internationale doit être formée avec les Etats-Unis", a déclaré François Hollande alors que Barack Obama a demandé un vote au Congrès le 9 septembre prochain sur la question. Plus tôt, devant les élus de son pays, le président américain avait assuré que Bachar al-Assad devait "rendre des comptes".

Lundi, Paris a diffusé une "note de synthèse nationale de renseignement", selon laquelle "le 21 août 2013, le régime syrien a lancé une attaque sur certains quartiers de la banlieue de Damas tenus par les unités de l'opposition, associant moyens conventionnels et usage massif d'agents chimiques".

Dans le même temps, dans un entretien au Figaro, Bachar al-Assad a menacé la France de "représailles" en cas de frappes. "Nous prenons toutes les dispositions" a réagi François Hollande avant de dire que sa "détermination a été renforcée" par l'entretien donné par le président syrien.

Le président allemand est en visite d'Etat pour deux jours en France. L'Allemagne est opposée à une intervention en Syrie.

S. A.