BFMTV

Hollande face à la presse pour pérenniser "l'esprit du 11 janvier"

François Hollande lors de sa conférence de presse du 18 septembre 2014.

François Hollande lors de sa conférence de presse du 18 septembre 2014. - Patrick Kovarik - AFP

Le chef de l'Etat répondra aux questions de la presse jeudi à 11 heures. Un changement qui n'appartient pas au hasard: l'Elysée souhaite cette fois privilégier "l'analyse" et les commentaires plutôt que l'audience.

L'exercice est désormais bien connu: jeudi, François Hollande va donner la première conférence de presse de l'année 2015 – la cinquième depuis le début de son mandat. L'occasion pour le président de revenir sur les évènements dramatiques qui ont eu lieu au début du mois de janvier à Paris, mais aussi sur l’élan manifesté notamment lors des manifestations du 11 janvier.

Egalement au programme, l'idée de l'engagement civique: le président devrait préciser les modalités d'un service civique universel, mais aussi d'une "réserve citoyenne", annoncée lors de ses vœux au monde de l'éducation. D'autres annonces sont attendues sur l'éducation, en particulier l'apprentissage du français et la réforme du collège.

Un propos liminaire plus court

Pour cette cinquième conférence de presse, François Hollande a tenu à revoir la forme. Si elle aura lieu comme d'habitude dans la salle des fêtes de l'Elysée, avec des journalistes internationaux comme nationaux, cette édition de la conférence devrait changer. D'abord, le réalisateur: ce sera Tristan Carné, réalisateur TV qui a déjà travaillé sur En direct avec le président, l'émission de François Hollande face aux Français en novembre dernier. Le propos liminaire de François Hollande sera plus court et ne devrait pas dépasser dix minutes – contre plus de quarante lors de la précédente édition.

Ensuite, la séquence de questions sera divisée en deux parties: d'abord, les journalistes poseront des questions sur l'actualité internationale au président, puis les questions nationales seront abordées. Parent pauvre des précédentes conférences, les questions internationales prendront ainsi le pas sur la dimension franco-française, au lendemain de la rencontre de François Hollande avec le nouveau Premier ministre grec, Alexis Tsipras. Le chef de l'Etat reviendra aussi sur la crise ukrainienne, mais aussi la lutte contre le terrorisme en Irak, en Syrie ou au Sahel.

Une conférence matinale pour favoriser les reprises

Autre changement de taille sur lequel misent les conseillers en communication de François Hollande: l'horaire. Cette fois, la conférence de presse aura lieu à 11 heures et devrait se terminer juste avant les journaux télévisés et radios de 13 heures, afin de favoriser les reprises et les commentaires dans l’ensemble des médias.

En septembre dernier, l'heure de la conférence de presse avait été fixée à 17 heures afin de pouvoir toucher un maximum de personnes déjà rentrées du travail, et potentiellement disponibles pour regarder le président à la télévision. L'objectif était alors de faire une meilleure audience que lors des conférences précédentes. François Hollande avait été regardé par 1,4 million de Français, soit moins qu’en janvier 2014, où le chef de l’Etat était intervenu à 16 heures. Cette fois, c’est donc “le temps de l’analyse” qui est privilégié sur l’audience. Un choix assumé par l’Elysée.

A. K.