BFMTV

Hollande face à la baisse de la rémunération des grands patrons du public

BFMTV

C'était l’une des promesses de campagne de François Hollande : la réduction de l'écart de rémunération dans le public. Et, pour certains PDG, il va falloir se serrer la ceinture.

Quatre grands patrons sont dans le collimateur de François Hollande. Tout d’abord, Henri Proglio, le PDG d’EDF. Pour cause, chaque année, il gagne 1,6 million d’euros, soit 65 fois plus que son salarié le moins bien rémunéré. Pour François Hollande, le salaire de ce patron devra baisser de 69%.

Chez Areva, la rémunération de Luc Oursel représente 40 fois le salaire minimum du groupe. Il devra désormais diviser sa paye par deux.

Aussi, Pierre Graff, le PDG d’aéroports de Paris devra sacrifier 36% de son salaire…

Enfin à la Poste, Jean-Paul Bailly gagne 33 fois plus que son postier le plus modeste. Il devra accepter de baisser sa rémunération de 40%.

Une façon pour François Hollande, le président élu, de donner un caractère « exemplaire » à la sphère publique.

Toutefois, cette mesure fait craindre une fuite des talents. Et, certains patrons du public pourraient en effet être tentés de quitter le public pour rejoindre le privé.