BFMTV

Grand débat: Macron prévient que l'exécutif "ne résoudra pas toutes les frustrations"

Le président de la République a déclaré devant plus de 600 élus locaux qu'il n'y aurait pas "66 millions de réponses" à l'issue du grand débat et qu'il fallait garder un "principe de responsabilité".

"Je vois un risque du débat, c'est l'individualisme", a déclaré ce mercredi Emmanuel Macron devant plus de 600 élus locaux à Saint-Brieuc, dans les Côtes-d'Armor. Deux mois et demi après le lancement du grand débat, le chef de l'Etat a rappelé qu'il n'y aurait pas "66 millions de réponses" à l'issue de ce recueil de doléances et de rencontres avec les élus et acteurs du territoire.

"Nous ne résoudrons pas toutes les frustrations ou toutes les insatisfactions", a-t-il prévenu, arguant qu'il était "impossible de les résoudre toutes". "Vous trouverez toujours des gens qui diront: 'Moi, on n'a pas répondu à mon sujet dans le grand débat'. Peut-être!'", a-t-il poursuivi.

"Il y a des impatiences légitimes, d'autres qui le sont moins"

Emmanuel Macron a néanmoins assuré que "la réponse que l'Etat peut apporter (...), c'est une réponse qui correspond à un projet national, à un sens du collectif et qui a une capacité à (les) engager".

"Nous aurons toujours à vivre avec les impatiences", a souligné le Président, estimant qu'il y avait "des impatiences légitimes, d'autres qui le sont moins" et insistant sur le "principe de responsabilité". "Il y a des priorités et des angoisses profondes et nous devons ensemble apporter une réponse", a-t-il rappelé.
Liv Audigane