BFMTV

François Hollande, le président qui ne parle que de lui

François Hollande sur le plateau de France 2, jeudi 28 mars 2013.

François Hollande sur le plateau de France 2, jeudi 28 mars 2013. - -

Jeudi soir, lors de son allocution sur France 2, François Hollande est monté en première ligne face aux Français. Et a amené une nouveauté dans son discours: l’emploi permanent de la première personne. Le "je" répété du début à la fin de l'allocution, comme pour mieux affirmer son autorité.

Le président "normal", celui qui, il y un an, se voyait au dessus de la mêlée, prenant le contre-pied de Nicolas Sarkozy, semble bien loin.

Au cours de son intervention télévisée, jeudi soir, François Hollande a employé la première personne à de très nombreuses reprises et n'a mentionné ni le chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault, ni les ministres.

Le gouvernement oublié

Une manière, pour le chef de l'Etat, de se positionner en première ligne. L'absence de mention des membres du gouvernement a été remarquée, bien que les intéressés estiment que le président de la République était dans son rôle.

"Il ne se dérobe pas de ce qui est sa responsabilité politique. C'est le rôle d'un président de la République d'avoir ce dialogue direct avec les Français", a ainsi estimé Delphine Batho, la ministre de l'Ecologie, au micro de BFMTV.

Plus d'interventions télévisées à l'avenir

Le style est donc nouveau, et plus personnel. Mais pour certains spécialistes de la communication, ce changement de communication n’a pas entièrement fonctionné.

"C'est un "je" extrêmement modeste, c'est un "je" très en retrait et le chef de l'Etat se perd dans les détails", juge pour sa part le communicant Philippe Moreau Chevrolet.

Malgré les critiques, François Hollande entend s’exprimer d’avantage dans les médias à l’avenir, pour tenter de renouer le lien avec les Français.