BFMTV

Espionnage en Europe: Hollande demande que les USA "cessent immédiatement"

François Hollande à Lorient, le 1er juillet 2013.

François Hollande à Lorient, le 1er juillet 2013. - -

En déplacement à Lorient, ce lundi, François Hollande a demandé aux Etats-Unis de "cesser immédiatement" leurs activités d'espionnage de l'Union Européenne.

François Hollande a fait entendre sa colère. Le chef de l'Etat a demandé ce lundi aux Etats-Unis qu'ils cessent "immédiatement" leur espionnage de l'Union européenne.

"Nous ne pouvons pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés", a ainsi déclaré François Hollande, en marge d'un déplacement à Lorient (ouest). "Nous demandons que cela cesse immédiatement", a-t-il ajouté, jugeant également que "les éléments sont déjà suffisamment réunis pour que nous demandions des explications".

"Nous demandons confirmation ou infirmation. Nous ne pouvons pas préjuger", a dit le chef de l'Etat.

Pas de négociations sans garanties

"On ne peut avoir de négociations ou de transactions sur tous domaines qu'une fois obtenues ces garanties, pour la France mais ça vaut pour toute l'Union européenne, tous les partenaires des Etats-Unis", a-t-il ajouté, dans une allusion aux négociations qui doit s'ouvrir en juillet entre les USA et l'UE sur une zone de libre-échange transatlantique.

"Nous savons bien qu'il y a des systèmes qui doivent contrôler, notamment pour la lutte contre le terrorisme mais je ne pense pas que ce soit dans nos ambassades ou dans l'Union européenne que ce risque existe".

François Hollande a précisé avoir demandé à Laurent Fabius, chef de la diplomatie française, "de se mettre immédiatement en contact avec son homologue (américain, ndlr) John Kerry pour avoir toutes les explications et toutes les informations".


À LIRE AUSSI:

>> Espionnage: la France a-t-elle sous-réagi?

>> Espionnage: la France parmi les 38 "cibles" de la NSA

>> Espionnage: l'UE a interrogé les Américains

>> Affaire Snowden: l'UE aurait été espionnée par la NSA

>> Edward Snowden, l'homme par qui le scandale Prism est arrivé

A.S. avec AFP