BFMTV

EDITO - Quand Hollande croit qu’il peut faire des miracles

Anna Cabana

Anna Cabana - -

François Hollande s’est rendu jeudi après-midi sur les lieux des inondations, et notamment à Lourdes. L’objectif: montrer que l’Etat peut faire des miracles?

Montrer que l’Etat est là. Que l’Etat c’est lui, François Hollande. Qu’en ces choses-là au moins, quand il s’agit de réparer les dégâts causés par des catastrophes naturelles, l’Etat peut tout.

Vous vous souvenez de la phrase de Lionel Jospin, en 2000, quand il s’avoue impuissant à empêcher des licenciements dans l’usine Michelin? Il avait dit: "L’Etat ne peut pas tout." Eh bien, l’objectif de François Hollande, jeudi en déplacement sur le lieu des inondations, était d’incarner l’inverse de l’impuissance. Le président de la République a déclaré qu’il voulait "montrer que l’Etat est présent quand il s’agit de répondre à l’urgence et d’être solidaire et d’être en capacité d’offrir des solutions."

La poste de père de la nation?

C’est une posture de président protecteur qui prétend avoir du pouvoir sur les choses. Non seulement François Hollande ne dit pas que "L’Etat ne peut pas tout", mais il a passé l’après-midi à dire l’inverse - il a dit: "Tout sera fait." C’est ce qu’il a déclaré à Lourdes: "Tout sera fait pour que les sanctuaires puissent être de nouveau accessibles le plus vite possible."

A ce moment-là un journaliste lui a demandé si un miracle était possible... Et là le président a répliqué: "Je ne veux pas me prononcer sur les miracles mais pour l'instant, c'est la volonté humaine qui permet d'aboutir à ce résultat." La posture est claire: Hollande s’en remet, non pas au ciel, à Dieu ou au miracle, mais à sa réactivité, à sa volonté, et même à son volontarisme. Hollande se la joue laïc. Pas question que les commentateurs disent qu’il est allé à Lourdes pour chercher un miracle.

Même pas une bénédiction, une onction?

Il a même eu droit à une petite onction pour la route, cela ne peut pas faire de mal. Il était content, François Hollande, de sa déambulation parmi les sinistrés des inondations. "Cela lui a donné du plaisir, de se sentir utile dans les yeux des gens qui venaient vers lui." Ce n’est pas moi qui le dis, c’est un conseiller de l’Elysée.

Le temps d’une visite, Hollande a cru et fait croire que l’Etat pouvait accomplir des miracles. On va appeler ça "l’effet Lourdes." Ça change de l’impuissance de l’Etat sur les questions économiques et sociales.

|||>> Retrouvez en vidéo, toutes les chroniques "Politique première" d'Anna Cabana en cliquant ici.

Anna Cabana