BFMTV

Depuis Bormes-les-Mimosas, Macron affirme que la "crise" n'est "pas du tout" terminée

En vacances dans le Var, le président de la République s'est offert un bain de foule surprise, répondant par la même occasion à quelques questions.

Peu de temps après les funérailles du président tunisien Béji Caïd Essebsi, Emmanuel Macron est rentré à Bormes-les-Mimosas, dans le Var, ce samedi après-midi, où il passe quelques jours de vacances. Au cours d'un bain de foule, le Président a affirmé que, selon lui, "la crise n'est pas derrière nous".

"Je ne pense pas que ce soit une crise. Il y a des problèmes profonds dans notre pays qui sont liés à l'injustice, aux difficultés économiques qu'on connaît depuis très longtemps, aux défis qu'on a devant nous, liés au vieillissement, au numérique, à l'écologie... Je pense que ceci crée des peurs. Notre défi c'est d'y répondre. Et je ne crois pas du tout que ce qui a créé une colère sincère d'une partie de la population soit derrière nous", a-t-il précisé.

Emmanuel Macron a assuré continuer être "à la tâche" et "vigilant". "Il faut redonner du sens à l'action. Il ne faut non pas chercher à éteindre les peurs mais redonner une perspective, un cap de ce qui est vivre ensemble entre Français de manière apaisée", a-t-il ajouté. 

Une permanence LaREM prise pour cible

Si les gilets jaunes semblent être moins présents dans les rues, leur colère se fait toujours entendre de différentes manières. Ce samedi, la permanence du député LaREM Romain Grau a été prise pour cible à Perpignan par des gilets jaunes qui ont cassé les vitres et tenté de mettre le feu au local où il se trouvait, a appris l'Agence France-Presse de sources concordantes.

Clément Boutin