BFMTV

Catalogne: Macron réaffirme son soutien à Rajoy

Emmanuel Macron en visite en Grèce, ce jeudi 7 septembre.

Emmanuel Macron en visite en Grèce, ce jeudi 7 septembre. - Yorgos Karahalis - AFP

Les dirigeants français et allemand refusent de reconnaître la déclaration d'indépendance catalane, et réaffirment leur soutien à Mariano Rajoy.

Emmanuel Macron réitère son soutien à Mariano Rajoy. Dans une déclaration, le président français écrit que le chef du gouvernement espagnol "a [s]on plein soutien" dans la crise catalane qui fait rage. Pas question pour la France, donc, de reconnaître l'indépendance de la Catalogne, proclamée ce vendredi au Parlement par les séparatistes. 

"J'ai un interlocuteur en Espagne, c'est le Premier ministre Rajoy (...) Il y a un Etat de droit en Espagne, avec des règles constitutionnelles. Il veut les faire respecter et il a mon plein soutien", a dit Emmanuel Macron.

Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian réaffirme à son tour que la France "ne reconnaît pas la déclaration d'indépendance que le parlement catalan vient d'adopter". "La constitution de l'Espagne doit être respectée. C'est donc dans ce cadre, qui est celui de l'État de droit, que la question de la Catalogne doit être envisagée", indique encore le chef de la diplomatie avant d'ajouter que "la France souhaite que l'Espagne soit forte et unie".

Le gouvernement allemand "inquiet"

Emmanuel Macron est rejoint dans sa déclaration par Angela Merkel: le porte-parole de la chancelière a déclaré vendredi soir que l'Allemagne ne reconnaîtrait pas la déclaration d'indépendance catalane. "Le gouvernement allemand voit l'agravtion de la situation en Catalogne avec inquiétude", a ajouté Steffen Seibert sur Twitter

L'Union européenne "n'a pas besoin d'autres fissures, d'autres fractures", a réagi de son côté le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. "Nous n'avons pas à nous insérer dans ce débat hispano-espagnol mais je ne voudrais pas que demain l'Union européenne se compose de 95 Etats membres", a-t-il dit lors d'un déplacement au côté d'Emmanuel Macron.