BFMTV

Après les attentats, la sécurité de Hollande (de nouveau) en question

La sécurité de François Hollande a été renforcée depuis les attentats du début de janvier.

La sécurité de François Hollande a été renforcée depuis les attentats du début de janvier. - Ian Langdson - Pool - AFP

Alors que le plus haut niveau du plan Vigipirate est toujours activé partout en France, la sécurité du président de la République, souvent remise en cause depuis le début du quinquennat de François Hollande, a été drastiquement renforcée. Encore faut-il que le chef d'Etat respecte toutes les consignes.

Depuis le début de sa mandature, elle a souvent fait parler d’elle. Elle, c’est la sécurité du président de la République. Que ce soit lors du déplacement de François Hollande à Rio en juin 2012, quand deux de ses gardes du corps s’étaient retrouvés sans leurs armes, ou lors de l’épisode du scooter rue du Cirque, le dispositif de protection du chef de l’Etat a régulièrement suscité des questions. Voire des critiques.

A la suite de l’attentat terroriste perpétré contre Charlie Hebdo, et les attaques qui ont suivi, le plan Vigipirate "alerte attentats" est en vigueur dans toute la France. Mais pas seulement: Europe1 a en effet révélé ce jeudi que la sécurité du Président a été drastiquement renforcée.

Une circulation limitée, et des armes lourdes

Dans le détail, la circulation a été bouclée devant l'Elysée au niveau de la rue du Faubourg Saint-Honoré. Les membres des forces de l'ordre, déjà nombreux en temps normal, on par ailleurs vu leurs effectifs renforcés pour l'occasion.

Qu'ils soient à l'extérieur ou à l'intérieur du palais présidentiel, tous les policiers et les gendarmes sont plus équipés que d'habitude. Si le sujet réclame un temps soit peu de confidentialité, Europe1 précise 

Jé. M.