BFMTV

Pas d'armes pour protéger Hollande à Rio

-

- - -

C'est une sécurité "à mains nues" qu'ont assuré les membres du Groupe de sécurité de la présidence de la République lors du sommet de Rio, du 20 au 22 juin. Ils n'avaient aucune arme à disposition pour protéger François Hollande. Un responsable les avaient oubliées à Paris, selon le Canard enchaîné.

Une sécurité présidentielle assurée... sans armes. « De mémoire de flic, c’est une première », a confié un membre du groupe de protection du président de la République. Lors du sommet de Rio sur le développement durable, du 20 au 22 juin dernier, les membres du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) n'avaient pas leurs armes à disposition pour assurer la protection de François Hollande. La mallette contenant les six armes de poing habituelles est tout simplement restée à l'Elysée. C’est une révélation du Canard Enchaîné paru ce mercredi. La protection du chef de l'Etat s'est donc faite « à mains nues » durant toute la durée du sommet.
Après enquête, le fautif a été renvoyé. Pas pour avoir oublié la mallette, mais parce qu’il aurait voulu faire porter le chapeau à un de ses collègues, raconte l’hebdomadaire satirique.

L'Elysée dément

De son côté, l'Elysée a réagi et démenti cette version des faits. « L'ensemble des officiers qui accompagnaient la président de la République étaient armés et pas à mains nues, contrairement à ce qui a été prétendu », a déclaré la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, lors du compte rendu du conseil des ministres. Celle-ci a précisé par ailleurs que l'officier responsable des armes a été limogé pour faute grave.

La Rédaction avec RP. Sadjadi