BFMTV

Sarkozy: "Nous sommes les seuls à pouvoir rassembler face au FN"

BFMTV

Nicolas Sarkozy reste ferme quant à la stratégie à adopter au second tour des élections régionales dimanche prochain. Il n'y aura ni fusion, ni retrait des listes des Républicains, avait-il indiqué et ce avant le premier tour du scrutin. Une option confirmée par le bureau politique du parti lundi matin. "Il est toujours utile de faire un débat", rappelle le président des Républicains.

Rappelant que 67 personnalités du parti étaient présentes à cette réunion de parti, il assure que cette attitude a été largement saluée. "Sur la stratégie que j’ai proposé, l’une des réponses c’est le courage et la transparence de nos idées", scande sur France 2 Nicolas Sarkozy, indiquant qu'il ne ferait pas campagne avec un candidat qu'il a combattu.

L'ex-président de la République a alors fait un diagnostic du score obtenu dimanche soir, principalement sur cette poussée du FN. Un seul responsable selon lui: la gauche. "Depuis 4 ans, l’exaspération monte dans le pays, les gens n’en peuvent plus", insiste-t-il. Détaillant qu'à"chaque fois que la gauche est au pouvoir", la parti d'extrême-droite connait une embellie.

"Aujourd'hui, il y a deux forces politiques mais la seule qui peut faire opposition au Front national, ce sont Les Républicains", promet Nicolas Sarkozy sur le plateau du 20 heures.

"Les socialistes ont pris une décision que je respecte, c'est leur choix. Mais nous sommes les seuls à pouvoir rassembler face au FN", confirme-t-il.Pour lui, le parti de Marine Le Pen va conduire le pays au "désordre". Contre cela, et contre l'exaspération des Français, il oppose une politique rétablissant "l'autorité" et la "fermeté". "La difficulté, c'est de répondre à cette radicalité sans excès", conclut-il.

J.C.