BFMTV
Régionales

Régionales: Fillon veut "adresser un carton rouge au gouvernement"

BFMTV

François Fillon appelle à "adresser un carton rouge au gouvernement" lors des élections régionales, afin qu'il "corrige sa politique" pour éviter dix-huit mois "inutiles" avant la présidentielle de 2017, dans une interview au Figaro à paraître samedi. Interrogé sur l'enjeu des élections régionales, François Fillon estime qu'"il s'agit de mettre un terme à la gestion catastrophique de la gauche qui dirige toutes les régions métropolitaines à l'exception de l'Alsace (...) Il s'agit également d'adresser un carton rouge au gouvernement".

"Si par malheur la gauche limitait l'ampleur de sa défaite (...) le président de la République et le Premier ministre en tireraient immédiatement la conclusion que les Français approuvent leur politique économique et sociale", "un comble" déclare-t-il, "au moment où les performances de la France sont les plus mauvaises de tous les pays industrialisés".

"Il faut sanctionner François Hollande (...) pour au moins qu'il corrige les travers les plus graves de son bilan et que les dix-huit mois restants ne soient pas les plus longs et les plus inutiles de la Ve République", réclame l'ancien Premier ministre.

Il affirme également que les candidats des listes d'union de la droite "sont les seuls à pouvoir incarner une alternative crédible". "La victoire de Marine Le Pen en Nord-Pas-de-Calais-Picardie serait une calamité (...) Qui peut penser une seconde qu'elle aurait de meilleures solutions que Xavier Bertrand pour relancer l'économie, inspirer confiance aux investisseurs et remettre la région sur le droit chemin? Qui peut imaginer que la nièce de Mme Le Pen pourrait mieux gérer la région Provence-Alpes-Côte d'Azur que Christian Estrosi, le maire de Nice?", interroge-t-il.

Le candidat à la primaire de la droite pour 2017 réfute complètement l'idée d'un accord avec la gauche au second tour des régionales pour faire barrage au FN, "ce serait catastrophique". Selon lui, "conclure quelque accord que ce soit avec ceux qui incarnent cet échec reviendrait à rendre le pays ingouvernable".

la rédaction avec AFP