BFMTV

Présidentielle: Pécresse trouve anormal que la droite peine à convaincre au niveau national

Les présidents (ex-LR) des régions Hauts-de-France Xavier Bertrand (d) et Ile-de-France Valérie Pécresse à Crespin, près de Valenciennes, le 19 février 2019

Les présidents (ex-LR) des régions Hauts-de-France Xavier Bertrand (d) et Ile-de-France Valérie Pécresse à Crespin, près de Valenciennes, le 19 février 2019 - Philippe HUGUEN © 2019 AFP

Interrogée par le Financial Times, la présidente de la région Île-de-France constate que le pays "n'a jamais autant penché à droite". Aucun candidat LR n'est pourtant en mesure de troubler le duel Macron-Le Pen.

La politique fonctionne non par automatismes mais par dynamique. Cela n'empêche pas Valérie Pécresse de s'interroger: bien ancrée localement, la droite au sens large peut-elle s'attendre à ce que son maillage du territoire se répercute à la prochaine présidentielle? À en croire les dernières enquêtes d'opinion, elle n'en prend pas le chemin.

"La bataille de la crédibilité"

Interrogée dans le Financial Times, la présidente de la région Île-de-France, potentielle candidate en 2022, y fait le constat que le pays "n'a jamais penché autant à droite". Et de poursuivre avec cette réflexion un rien amère:

"Si le vrai sujet pour la droite en France aujourd'hui est de gagner la bataille de la crédibilité, nous avons cela dans nos régions... Il n'est pas normal que nous soyons aussi populaires dans nos régions et que nous ayons autant de difficulté à convaincre au plan national."

Le constat de Valérie Pécresse se vérifie sondage après sondage, mais ne se traduit pas - pour l'instant - par une quelconque dynamique en faveur d'une personnalité issue des Républicains ou de sa périphérie en vue de 2022. Pas au point de troubler le duel Macron-Le Pen, du moins. Loin de là.

Jules Pecnard Journaliste BFMTV